Communiqué des Flam: fait du prince

 

 

 

 

 

Nous avons appris avec consternation l’interpellation récente de messieurs  Babacar Baye N’diaye et Mahmoudi Ould Mohamed Seyboutt, respectivement, rédacteur du portail d’information Cridem et directeur de publication de Taqadoum.

Selon des informations concordantes, les arrestations expéditives de ces deux journalistes, intervenues mercredi, font  suite à une plainte pour diffamation émanant de M.Jemal Taleb, personnage controversé dont  la proximité avec les autorités mauritaniennes est connue.

En écho aux nombreuses voix qui se sont exprimées depuis la nouvelle de ces arrestations, les FLAM exigent la libération sans délai et sans conditions des deux journalistes arbitrairement arrêtés et détenus.
Notre organisation qui a payé un lourd tribut à la liberté d’expression ne pouvait être en reste du mouvement en faveur de cette libération.
Force est de constater au passage qu’il est pour le moins inquiétant  que des journalistes soient arrêtés et détenus  sans ménagement sur la base d’une simple plainte pour diffamation. Ce procédé de basse police illustre, s’il en était besoin, la vraie nature du régime mauritanien derrière le vernis démocratique. C’est là un fait du prince révoltant en faveur d’un ami des autorités.  Cridem est un espace  d’expression pluraliste.  Il participe, avec d’autres et comme d’autres,  de manière active,  de la vie démocratique du pays.  Nous devons être vigilants et veiller  à protéger tous ces acteurs de notre débat  démocratique.
C’est pourquoi, ensemble, nous devons  joindre nos efforts pour obtenir la libération de Babacar Baye N’diaye et Mahmoudi Ould Mohamed Seyboutt et, au-delà, pour faire triompher en Mauritanie  la liberté de la presse et les libertés démocratiques en général.

Paris, le 9 aout 2018

Département-communication

Forces de Libération Africaines de Mauritanie (Flam)

Partagez notre page

Auteur : Flammauritanie

Forces de libération africaines de Mauritanie Les F.L.A.M. sont une organisation à caractère plurinational, non ethnique et non raciale qui lutte pour l’avènement d’une société égalitaire et démocratique. Elles sont une Organisation politique pacifique , ouverte, qui privilégie le dialogue et la concertation, mais se résérve le droit de recourir à la lutte armée si elle y était contrainte. Toutefois, la violence physique n’est ni le but ni le credo de l’organisation. Les F.L.A.M. ont pour objectifs, entre autres, le recouvrement par tous les Mauritaniens et singulièrement les Négro-mauritaniens, de leur dignité par l’élimination de la discrimination raciale érigée en système de gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *