Mauritanie: un découpage administratif et territorial arbitraire et injuste

 

 

 

 

 

 

 

 

Citons quelques cas significatifs à titre d’exemple :

L’Adrar : 62 658 habitants, 4 préfectures, 5 députés, 4 sénateurs (9 parlementaires)

Le Guidimakha : 267 029 habitants, 2 préfectures, 6 députés, 2 sénateurs (8 parlementaires)

Le Tiris Zemmour : 53.261 habitants ,3 préfectures, 4 députés, 3 sénateurs (7 parlementaires)

Continuer la lecture de « Mauritanie: un découpage administratif et territorial arbitraire et injuste »

Partagez notre page

Un candidat de l’opposition pas comme les autres

 

 

 

 

 

 

Sidi Mohamed Ould Boubacar n’est pas un candidat comme les autres. Pour une raison simple. Il a été un très proche collaborateur de Moawiyya Ould Sid’Ahmed Taya dont le régime s’est rendu coupable de pratiques d’extermination voire, pour certains, de génocide. Plutôt que de se présenter à des élections, il devrait rendre des comptes. Pour cela, il devrait répondre à des questions simples:

Continuer la lecture de « Un candidat de l’opposition pas comme les autres »

Partagez notre page

Conférence sur le thème: Les violences faites aux Peuls

 

 

 

 

Des massacres de 1989 en Mauritanie à celui du 23 mars 2019 au Mali, Les communautés Peuls sont la cible privilégiée d’un racisme persistant. Comment faire cesser ces drames ?

Le groupe de proximité Attac 92 de Courbevoie, Neuilly, la Garenne Colombes organise une conférence sur le thème: Les violences faites aux Peuls.

Continuer la lecture de « Conférence sur le thème: Les violences faites aux Peuls »

Partagez notre page

Conflit sénégalo-mauritanien, 30 ans après : « On n’en parle pas, mais il y a bien eu génocide en Mauritanie », dit Aldiouma Cissokho

Pour la commémoration de la trentième année de l’événement sénégalo-mauritanien, la coordination des réfugiés mauritaniens au Sénégal a fait face à la presse, ce mardi 9 avril, au siège de la Rencontre africaine des droits de l’homme (Radho).

Aldiouma Cissokho et ses camarades sont revenus sur les atrocités qu’ils ont vécues il y a 30 ans: « L’Etat de la Mauritanie a voulu profiter d’un événement mineur pour se débarrasser des négro-africains mauritaniens, les noirs n’étant pas considérés comme citoyens de la Mauritanie. »

Continuer la lecture de « Conflit sénégalo-mauritanien, 30 ans après : « On n’en parle pas, mais il y a bien eu génocide en Mauritanie », dit Aldiouma Cissokho »

Partagez notre page

Appel à manifester le samedi 27 avril 2019 à PARIS

 

 

 

 

 

 

 

Le 24 avril 1989, débute la déportation de plus de 100 000 Mauritaniens noirs au Sénégal et au Mali. Ces déportations furent planifiées, décidées et exécutées par le régime du colonel Maawiya Ould Sid’Ahmed Taya, son armée, sa police, des idéologues de la mouvance panarabiste et des civils embrigadés.

Continuer la lecture de « Appel à manifester le samedi 27 avril 2019 à PARIS »

Partagez notre page

Les Flam: du manifeste du négro mauritanien opprimé à la prison mouroir de Walata [Vidéo]

Le 4 septembre 1986 a débuté une série d’arrestations d’intellectuels et de cadres Noirs mauritaniens qui avaient publié en avril de la même année un document intitulé «Le Manifeste du Négro mauritanien opprimé. De la guerre civile à la lutte de libération nationale».

Un document dans lequel, ils dénonçaient la politique de la discrimination raciale et culturelle en faveur de l’arabisation, la politique d’exclusion ethnique dont leur Communauté noire (Bambara, Fulbe, Sooninko et Wolof) fait l’objet depuis l’indépendance de la Mauritanie en 1960.

Continuer la lecture de « Les Flam: du manifeste du négro mauritanien opprimé à la prison mouroir de Walata [Vidéo] »

Partagez notre page

Déclaration de Monsieur Mamadou Sidy BA, Président des Forces de Libération Africaines de Mauritanie (Flam)

 

 

 

 

 

 

Une coalition de formations politiques et de personnalités, baptisée « Vivre ensemble », vient de désigner un candidat émanant de la communauté négro-africaine à l’élection présidentielle. Si ce dernier aura vocation à « représenter » cette communauté, la dénomination du Collectif qui l’a choisi traduit  une volonté fédératrice et une perspective  nationale.

Les FLAM saluent la démarche adoptée et souhaitent bonne chance au candidat Kane Hamidou Baba dès lors que les options qu’il défendra à l’occasion du prochain scrutin seront conformes aux principes qui fondent notre engagement et notre action politiques.

Continuer la lecture de « Déclaration de Monsieur Mamadou Sidy BA, Président des Forces de Libération Africaines de Mauritanie (Flam) »

Partagez notre page

Le Manifeste du Négro mauritanien opprimé des Flam, un document toujours d’actualité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

«Le Manifeste du Négro mauritanien opprimé. Février 1966-avril 1986. De la guerre civile à la lutte de libération nationale», avril 1986. Un document de référence très complet et multithématique dans lequel, nous, Forces de Libération Africaine de Mauritanie, dénoncions en avril 1986, la politique de la discrimination raciale et culturelle en faveur de l’arabisation, la politique d’exclusion ethnique dont la Communauté noire (Bambara, Fulbe, Sooninko et Wolof) fait l’objet depuis l’indépendance de la Mauritanie en 1960.
33 ans après sa publication, ce document est toujours d’actualité.

Lire le Manifeste

Partagez notre page

Il y a 30 ans jour pour jour, la militante noire sud-africaine Dulcie September était assassinée à Paris

 

 

 

 

 

 

Elle était la représentante en France de l’ANC (Congrès national africain), le mouvement de Nelson Mandela. En exil, elle tentait de sensibiliser l’opinion publique aux crimes du régime d’apartheid sud-africain. A ce jour, on ne sait toujours pas qui est derrière son meurtre.

Le 29 mars 1988, peu avant 10 heures, Dulcie September est assassinée devant les bureaux de l’ANC à Paris. Cinq balles tirées à bout portant d’un calibre 22 équipé d’un silencieux. L’enquête n’a jamais abouti, les coupables n’ayant pas été identifiés.

Continuer la lecture de « Il y a 30 ans jour pour jour, la militante noire sud-africaine Dulcie September était assassinée à Paris »

Partagez notre page

Énigme

 

 

 

 

 

Un post lu ce matin m’est apparu un peu énigmatique. Loin de moi toute idée de polémique. Et ce d’autant plus que l’auteur du post est une personne estimable et que, pour ma part, je ne suis pas partie prenante.
« L’histoire retiendra qu’en avril 1986, les FPC ex flam ont publié le Manifeste du Négro-mauritanien opprimé » peut-on noter. Le propos est a priori surprenant Pour une raison simple. C’est qu’en 1986, les FPC n’existaient tout simplement pas. Pas plus le sigle que le parti politique qu’il identifie désormais. Du moins à ma connaissance.

Continuer la lecture de « Énigme »

Partagez notre page

Ghazaouwi, les tortionnaires et le peuple

 

 

 

 

 

 

La Mauritanie est dans le triste top 5 des pays Africains qui ont vu défiler des régimes civils ou militaires autoritaires, issus pour la plupart de coups d’Etat. Ces coups d’Etat virtuels ou réels ont causé des déchirures sociales et des haines entre les populations du Sud et celles du Nord du pays.

Le principal actionnaire de cette haine fut le clan des extrémistes arabophones se réclamant directement ou indirectement des idéologues racistes et sans croyance qui, longtemps, ont courtisé le Président Ould Taya et son système durant plus de 20 ans de règne. Plus de 509 soldats et officiers négro-africains sont sauvagement assassinés dans des exécutions extra-judiciaires.

Continuer la lecture de « Ghazaouwi, les tortionnaires et le peuple »

Partagez notre page

Mauritanie: Sélection présidentielle de 2019.

 

 

 

 

 

 

 

Les acteurs politiques Négro-mauritaniens semblent ignorer une réalité simple. La prochaine élection présidentielle est jouée d’avance. 2 attitudes sont alors possibles: efuser de jouer si on estime les règles du jeu faussées. C’est l’attitude des FLAM. auxquelles Il faut reconnaître le mérite de la cohérence). Ou jouer malgré tout. En ce cas, il faut accepter avec lucidité qu’on ne joue pas pour gagner.

Continuer la lecture de « Mauritanie: Sélection présidentielle de 2019. »

Partagez notre page

Mali, le silence d’IBK face au massacre des Peuls

 

 

 

 

 

Cet été déja, les exactions contre les peuls se multipliaient déja, provoquant l’inquiétude de certains des lecteurs maliens  de Mondafrique. Nous ne devons pas admettre, expliquait un d’entre eux, qu’il faille banaliser le génocide de civils Peuls au Mali, par des milices protégées, encadrées et armées par le gouvernement et l’armée du président IBK. Voici son texte…

Expliquez-moi comment le 19 mai a Boulikessy-Douentza, douze peuls sont assassinés par un bataillon malien du G5 Sahel.

Continuer la lecture de « Mali, le silence d’IBK face au massacre des Peuls »

Partagez notre page

Au Mali, l’escalade vers le «nettoyage ethnique»

 

 

 

 

 

 

Au moins 135 Peuls ont été massacrés samedi par des milices dogons et bambaras. Une dérive sanglante dont le gouvernement malien est en grande partie responsable, selon Yvan Guichaoua, spécialiste du Sahel.

C’est l’attaque la plus meurtrière au Mali depuis plus de six ans. Au moins 135 personnes ont été massacrées samedi matin par une milice dans deux villages du centre du pays, non loin la ville de Bankass. Les victimes sont principalement des Peuls ciblés par des «groupes d’autodéfense» des ethnies dogon et bambara.

Continuer la lecture de « Au Mali, l’escalade vers le «nettoyage ethnique» »

Partagez notre page

Histoire : au royaume des esclaves par Jules Crétois

 

 

 

 

 

 

Durant des siècles, appuyé par un racisme assumé et légitimé, l’esclavage a perduré au Maroc. Entre volontés impériales, religion et logique économique, retour sur un douloureux passé.

Nous sommes au milieu du XIXe siècle. Ahmed Khaled Naciri, savant et historien slaoui, publie des diatribes antiesclavagistes. S’il reconnaît la validité religieuse de l’esclavage, il condamne sa pratique et sa légitimation par les différences raciales. À cette époque en effet, des milliers de noirs — entre 50 000 et 300 000 selon les sources — connaissaient toujours les affres de la servitude. Même si l’islam incite à libérer les esclaves, cette pratique était largement répandue dans le monde musulman, et l’empire chérifien ne dérogeait pas à cette règle. C’est ainsi que, depuis l’installation de la dynastie des Almovarides au XIe siècle, des centaines de milliers de noirs — plus de trois millions selon d’autres sources — sont raflés et acheminés à travers le désert jusqu’aux marchés de Sijilmassa, Marrakech, Fès ou Rabat.

Continuer la lecture de « Histoire : au royaume des esclaves par Jules Crétois »

Partagez notre page

Omar Blondin Diop, le génie assassiné. Qui a tué Omar Blondin Diop ?

 

 

 

 

 

Omar Blondin Diop, est né le 18 septembre 1946 à Niamey et est décédé le 11 mai 1973 (à 26 ans) dans les geôles de l’île de Gorée. Il est connu pour être sorti normalien de l’école normal de Saint-Cloud, une distinction très honorifique car même l’ancien président sénégalais Leopold Sedar Senghor n’était pas parvenu à réussir ce concours. Brillant élève, Blondin a fait ses études secondaires au lycée Louis-le-Grand à Paris et a poursuivi ses études universitaires comme normalien à l’École normale supérieure de Saint-Cloud d’où il sortira diplômé. Pour certains, c’est en raison de son statut de normalien de Saint-Cloud que Senghor voyait en ce jeune un rival potentiel.

Continuer la lecture de « Omar Blondin Diop, le génie assassiné. Qui a tué Omar Blondin Diop ? »

Partagez notre page

« Ni César ni tribun » par Tijane Bal

 

 

 

 

 

 

 

Une histoire haalpulaar rapporte que lors d’une partie de chasse au lion, l’un des deux chasseurs demanda à l’autre, tout près de la tanière : tu me précèdes et je te suis ou je te suis et tu me précèdes ?

Il faut croire que ce semblant de choix qui est en réalité un non choix, s’applique également au champ politique dont on sait qu’il peut ressembler à un terrain de chasse. Surtout peu avant une élection aussi décisive que la présidentielle. Qu’à la veille d’une telle échéance, chaque camp incite à préférer son champion est normal.

Continuer la lecture de « « Ni César ni tribun » par Tijane Bal »

Partagez notre page

En Mauritanie, une mission d’Amnesty International refoulée à l’aéroport de Nouackchott

 

 

 

 

 

 

 

 

L’ONG venait effectuer une mission de recherche sur les droits humains dans le pays où les « séquelles » de l’esclavage, bien qu’abolit en 1981, perdurent.

La police mauritanienne a refoulé, dimanche, à son arrivée à l’aéroport de Nouakchott une délégation d’Amnesty International qui souhaitait effectuer une mission sur les droits humains dans ce pays, a-t-on appris, mardi 19 mars, auprès de l’organisation et des autorités.

Continuer la lecture de « En Mauritanie, une mission d’Amnesty International refoulée à l’aéroport de Nouackchott »

Partagez notre page

A Biram Dah Abeid : Zorro n’existe pas en politique par Cire BA

 

 

 

 

 

 

Demander des explications à un candidat qui aspire à diriger un pays est d’une banalité universelle. Le présenter comme ZORRO, comme la seule solution alors qu’il n’a pas apaisé des inquiétudes légitimes, relève d’un fanatisme annonciateur de totalitarisme.

Continuer la lecture de « A Biram Dah Abeid : Zorro n’existe pas en politique par Cire BA »

Partagez notre page

Monsieur Ibrahima WELE chargé de communication des Flam, invité d’AFRICA 24

 

Monsieur Ibrahima WELE, chargé de communication des Flam était l’invité de l’émission POLITITIA, sur AFRICA 24. Une émission politique dont le numéro du vendredi 15 mars 2019 était consacré au thème suivant : Mauritanie : LA MAURITANIE ENTRE CONTINUITÉ ET ALTERNANCE Source: Africa24

Partagez notre page