Battons-les et occupons leurs terres

 

 

 

 

 

En ce moment même, les hommes d’affaires maures, avec l’appui du pouvoir et des mouvements extrémistes maures, sont en train de se partager les terres cultivables des Noirs, que ce soit dans le Jeri (zone non-inondées) ou dans le Walo (zone inondée), et ce sans égard pour les titres traditionnels de propriété. Ces expropriations sont d’autant plus rapides qu’elles se font par intimidation et usage de la matraque.

L’action des agents d’état le long de la vallée du fleuve est révélatrice à ce égard. En effet, de Rosso au Guidimakha, les autorités administratives (gouverneurs, préfets…), accompagnés de hordes de policiers et de gardes, procèdent à la confiscation et au partage de nos terres. Le plus aberrant dans tout cela, c’est que les attributions de parcelles se font  au profit de ces personnes non présentes sur le terrain.  Il en est ainsi à Boghé et à Jowol où certaines parcelles ont été attribuées à des personnes qui sont à Atar (extrême Nord du pays) où à Nouakchott.

 

Extrait du « livre blanc sur la situation des Noirs en Mauritanie, radioscopie d’un apartheid méconnu » des Forces de Libération Africaines de Mauritanie (Flam), octobre 1989

Partagez notre page

Auteur : Flammauritanie

Forces de libération africaines de Mauritanie Les F.L.A.M. sont une organisation à caractère plurinational, non ethnique et non raciale qui lutte pour l’avènement d’une société égalitaire et démocratique. Elles sont une Organisation politique pacifique , ouverte, qui privilégie le dialogue et la concertation, mais se résérve le droit de recourir à la lutte armée si elle y était contrainte. Toutefois, la violence physique n’est ni le but ni le credo de l’organisation. Les F.L.A.M. ont pour objectifs, entre autres, le recouvrement par tous les Mauritaniens et singulièrement les Négro-mauritaniens, de leur dignité par l’élimination de la discrimination raciale érigée en système de gouvernement.

Une réflexion sur « Battons-les et occupons leurs terres »

  1. Mes frères opprimés le temps passe il est temps qu’on change la méthode du combat pour mettre fin ce système de merde. Les écrits les cartes de vote tous ne résultent à rien passons à la solution ultime…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *