Les Flam : un combat pour la victoire du droit, du vivre ensemble dans le respect de l’autre

Venu participer à la diffusion du film « le Cercle des noyés », projeté à la salle M270 de la ville de Floirac en Gironde, Ibrahima Sall, historien et membre fondateur des Forces de Libération des Africains de Mauritanie (Flam), s’est entretenu avec Kaddu sénégalais de Bordeaux sur les questions relatives à la relation du mouvement avec les différents gouvernements au Sénégal, la problématique des populations dans la vallée du fleuve Sénégal, les événements de 1989 qui ont engendré l’exil de beaucoup de noirs mauritaniens au Sénégal. Le moral des militants des FLAM à l’étranger, la démarche du gouvernement mauritanien sur le recensement national sont également des points évoqués dans l’entretien.

Source: Kaddu sénégalais de Bordeaux

Partagez notre page

Le livre du Colonel Ndaw déterre les vieux secrets-défense : des mauritaniens impliqués répondent

 

 

 

 

 

 

Pour l’honneur : réponse au Colonel Abdoulaye Aziz NDaw
Dans un ouvrage publié sous le titre « Pour l’honneur de la gendarmerie sénégalaise » Tome 1, le sens d’un engagement, publié chez l’Harmattan, paru en juillet 2014, le Colonel NDaw, notamment en son chapitre 9 (Officier de renseignement), écrit ceci en pages 101 et 102 :

« Après la Gambie, la DDSE s’intéressera à la Mauritanie pour contrer la politique de beydanisation entreprise depuis les barrages sur le fleuve dont le paroxysme fut atteint avec les évènements de 1989.
Il était temps de prendre les taureaux par les cornes et donner au gouvernement une étude progressive sur les relations entre les deux pays et établir une stratégie de sortie de crise.

Continuer la lecture de « Le livre du Colonel Ndaw déterre les vieux secrets-défense : des mauritaniens impliqués répondent »

Partagez notre page

L’Apartheid est-il maure?

 

 

 

 

 

 

 

 

Ne  pouvant satisfaire les nombreuses demandes d’achat du numéro 206 {juin 1988} dont la cover était  consacrée à l’article «L’apartheid est-il maure » de Stephen Smith – ce numéro étant épuisé – nous publions les principaux passages  de ce reportage. Les lecteurs pourront ainsi juger s’il s’agit d’un exemple de «colportage de rumeurs et de calomnies contre la Mauritanie», ainsi que vient de l’affirmer M. Mohamed Ould Hâv,  directeur des relations extérieures du Ministère de l’Information à Nouakchott.

Continuer la lecture de « L’Apartheid est-il maure? »

Partagez notre page

Rencontre avec… Mme Hapsa BANNOR SALL, secrétaire nationale chargée des relations extérieures des Flam

 

 

 

 

 

 

Wal Fadjri : Mme Sall, comment se porte les Flam depuis l’arrivée au pouvoir de Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi et comment avez-vous vécu les dissensions dans votre mouvement ?

 

Mme Habsa Sall : Pour ce qui est des dissensions, cela nous a fait très mal. Pourquoi ? Parce qu’elles ne devaient pas avoir lieu. Quand on va dans un congrès pour poser le problème du retour des gens et qu’on dit que le mouvement, lui-même, ne peut pas rentrer parce que le régime d’Ely Ould Mohamed Vall avait dit qu’il ne s’occupait pas des problèmes centraux posés par les Flam, il ne doit pas y avoir de dissensions.

Continuer la lecture de « Rencontre avec… Mme Hapsa BANNOR SALL, secrétaire nationale chargée des relations extérieures des Flam »

Partagez notre page

Mauritanie: accusés de complot Trois officiers toucouleurs condamnés à mort, le Monde 5.12.1987

 

 

 

 

 

 

 

 

La Cour de sûreté de l’Etat a prononcé, jeudi 3 décembre, la peine capitale contre trois des cinquante et une personnes, toutes de race noire, qu’elle jugeait depuis le 18 novembre pour un complot dirigé contre le régime du colonel Maaouya Ould Sid’Ahmed Taya déjoué le 22 octobre. Il s’agit des lieutenants Ba Seydi, commandant la base navale de Nouakchott, Sarr Amadou et Sy Saidon, officiers d’état-major. Ils n’ont pas la possibilité de faire appel, la Cour de sûreté de l’etat étant une juridiction d’exception. Leur sort dépend maintenant du colonel Taya, qui peut exercer son droit de grâce, indique l’agence Reuter.

Continuer la lecture de « Mauritanie: accusés de complot Trois officiers toucouleurs condamnés à mort, le Monde 5.12.1987 »

Partagez notre page

Quels choix pour la Mauritanie par Babacar Toure, Envoyé spécial de SUDMAGAZINE à Nouakchott (1987)

 

 

 

 

 

Le vent léger qui balaie la capitale mauritanienne en cette fin d´année, est á la fois sec et glacial. Après les chaudes journées d´août-septembre, la nature, d´ordinaire si capricieuse en région saharienne, semble s´adapter á la dynamique sociale qui a marqué le pays ces six derniers mois.

Comme dans un scénario mal ficelé d´un film de série « B », la vie au pays de Ould Taya a connu des soubresauts qui ont fait craindre le pire. Pourtant, il faudra beaucoup de sagacité au visiteur débarquant á Nouakchott pour essayer de saisir l´intrigue politico-sociale á la base des événements de cet été.

Continuer la lecture de « Quels choix pour la Mauritanie par Babacar Toure, Envoyé spécial de SUDMAGAZINE à Nouakchott (1987) »

Partagez notre page

Purges au sein de l’armée 89-91 : Les veuves marchent contre l’impunité

 

 

 

 

 

 

Le collectif des veuves et orphelins des exactions commises dans les casernes militaires des années 89-91 ont organisé une marche spontanée, le 28 novembre à Nouakchott.

Elles ont battu le pavé depuis l’hôtel Khatter jusqu’au siège de leur organisation au robinet Sarkollé de Sebkha, chez mère Houleye Sall. Cette marche est intervenue après la cérémonie commémorative du 28 novembre, date de l’indépendance du pays.

Continuer la lecture de « Purges au sein de l’armée 89-91 : Les veuves marchent contre l’impunité »

Partagez notre page

Les réfugiés oubliés de Mauritanie. Fuyant les violences ethniques, ils avaient rejoint le Sénégal en 1989

 

 

 

 

 

 

Depuis neuf ans maintenant, sur les rives du fleuve Sénégal, des milliers de réfugiés venus de Mauritanie désespèrent de revoir leur pays, où les communautés arabo-berbères et négro-africaines coexistent dans un climat d’apartheid latent. Lorsque des heurts éclatent à Nouakchott et Nouadhibou en 1989, 80 000 Noirs fuient la répression du régime du colonel Ould Taya vers le Sénégal. Privés de leurs papiers d’identité et Dakar refusant de leur reconnaître le statut de réfugiés, ils sont devenus des apatrides. Leurs représentants se sont rassemblés la semaine dernière pour commenter le rapport de la dernière commission mixte franco-mauritanienne qui s’est réunie en juin et à laquelle ils étaient invités à participer. Un constat d’échec alors que beaucoup n’ont pas compris le silence de la France.

Continuer la lecture de « Les réfugiés oubliés de Mauritanie. Fuyant les violences ethniques, ils avaient rejoint le Sénégal en 1989 »

Partagez notre page

Mauritanie: les FLAM pour une commission d’enquête sur la découverte de squelettes au Nord

 

 

 

 

 

Une trentaine d’années après les faits, la Mauritanie reste toujours hantée par les vieux  démons du passif humanitaire de la gouvernance sécuritaire du président Maaouya Ould Sid’Ahmed Taya, malgré une loi d’amnistie au forceps adoptée en 1993.

Illustration  avec cette déclaration des  Forces de Libération Africaines de Mauritanie(FLAM)-organisation de la mouvance nationaliste noire en exil-demandant  l’ouverture d’une  enquête suite à la découverte de 15 squelettes humains au Nord de la Mauritanie, dans une déclaration rendue publique samedi.

Continuer la lecture de « Mauritanie: les FLAM pour une commission d’enquête sur la découverte de squelettes au Nord »

Partagez notre page

Mauritanie : Le contexte d’une crise 1986-1989

 

 

 

 

 

 

 

 

Depuis les troubles intercommunautaires qui ont ébranlé la Mauritanie et le Sénégal et la fin du rapatriement des sénégalais vivant en Mauritanie, Les autorités mauritaniennes ont expulsé vers le Sénégal quelque 50 000 personnes toutes de race noire et de langue Fulfuldé ou Pulaar pour la plupart. Amnesty International a reçu de nombreux témoignages faisant état de violations des droits de l´homme perpétrées lors de ces expulsions. Bien que certains abus soient imputables á la police et à la gendarmerie, les violations commises dans le Sud du pays semblent avoir été surtout le fait de la garde nationale.

Continuer la lecture de « Mauritanie : Le contexte d’une crise 1986-1989 »

Partagez notre page

Walata, camp de la mort par Habib Ould Mahfoudh

 

 

 

 

 

 

 

Civils d´octobre 1986 et militaires d´octobre 1987 arrivent ensemble dans le fort maudit. Ils sont enchainés. La ration d´eau quotidienne  » : 2 boites de Gloria ». La nourriture : riz bouilli et sable. Les travaux forcés de 8 heures du matin jusqu´á 20 heures á peu prés. Vexation sur vexation. On les avertit á l´arrivée  » : On veut vous tuer á petit feu.

Continuer la lecture de « Walata, camp de la mort par Habib Ould Mahfoudh »

Partagez notre page

Triste sort des “Nègres” de service

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors candidat à la Présidence de la République, Mohamed Ould Abdel Aziz surfant sur tous les sentiments de la communauté négro-africaine, capitalisant toutes les frustrations, il se dresse, par le discours, en réparateur des torts. Se voulant l’incarnation du calife juste, défenseur des opprimés et symbole de lutte pour la fin des impairs, il s’engage pour trouver une solution définitive du problème des réfugiés mauritaniens. Il décrétera la journée du 25 mars, journée dédiée à l’unité nationale.

Continuer la lecture de « Triste sort des “Nègres” de service »

Partagez notre page

Battons-les et occupons leurs terres

 

 

 

 

 

En ce moment même, les hommes d’affaires maures, avec l’appui du pouvoir et des mouvements extrémistes maures, sont en train de se partager les terres cultivables des Noirs, que ce soit dans le Jeri (zone non-inondées) ou dans le Walo (zone inondée), et ce sans égard pour les titres traditionnels de propriété. Ces expropriations sont d’autant plus rapides qu’elles se font par intimidation et usage de la matraque.

Continuer la lecture de « Battons-les et occupons leurs terres »

Partagez notre page

La construction politique de la Mauritanie 1946 – 1960

 

 

 

 

 

 

Imaginée en Décembre 1899 par l’administration coloniale, la construction du cadre historique et géographique de la Mauritanie s’est poursuivie jusqu’en 1944. Mais c’est en novembre 1946 que commence sa construction politique.
A l’instar des ressortissants des autres colonies, les Mauritaniens sont appelés à voter pour élire leurs représentants : un député à l’Assemblée Nationale Française, un sénateur et un conseiller au Grand Conseil de l ‘Union de l’Afrique de l’Ouest. Ces élections symbolisaient le début d’une individualisation politique et territoriale par rapport au Sénégal.

Continuer la lecture de « La construction politique de la Mauritanie 1946 – 1960 »

Partagez notre page

Racisme dans l’éducation: la langue arabe, révélatrice de tensions

 

 

 

 

 

 

 

« Les langues nationales font obstacle à l’émergence de la langue arabe  »

Cissé Mint Boide

ministre de la culture et de la jeunesse

« La langue arabe doit servir d’instrument d’échange et de travail au sein de l’administration mauritanienne. »

Moulaye Ould Mohamed Laghdaf

premier ministre mauritanien

Continuer la lecture de « Racisme dans l’éducation: la langue arabe, révélatrice de tensions »

Partagez notre page

Déclaration des Flam à propos de loi n° 99012 du 26 avril 1999 relative à la réforme du système éducatif national

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le régime de Nouakchott vient de prendre des mesures tendant à réformer le système éducatif, après avoir reconnu, la mort dans l’âme, l’échec patent de l’Arabisation forcée.

Il le reconnaît 20 années après nous. Pendant bien des années nous avons, en bons patriotes sincères, crié notre désaccord contre ces néfastes Réformes, et que malgré la répression, nous avons continué de dénoncer. Aujourd’hui Ould Taya nous donne enfin raison !

Continuer la lecture de « Déclaration des Flam à propos de loi n° 99012 du 26 avril 1999 relative à la réforme du système éducatif national »

Partagez notre page

Loi n° 99012 du 26 avril 1999 relative à la réforme du système éducatif national (1999)

 

 

 

 

 

 

 

Article 2

L’arabe est la seule langue d’enseignement en première année pour tous les élèves inscrits dans les établissements nationaux, publics et privés.

L’instruction civique est introduite à partir de la 1re année en tant que discipline autonome.

Article 3

L’enseignement du français est dispensé à partir de la deuxième année.

L’enseignement du calcul est assuré en français à partir de la 3e année.

L’enseignement des sciences naturelles est dispensé en français à partir de la 5e année.

Continuer la lecture de « Loi n° 99012 du 26 avril 1999 relative à la réforme du système éducatif national (1999) »

Partagez notre page

Mamadou Sidy BA »Les Flam existent et existeront toujours. »

 

 

 

 

 

 

 

 

Originaire de Sangne-Loobaali, (département de Maghama, région du Gorgol), Mamadou Sidi BA a été arrêté en Septembre 1986 suite à la publication du « Manifeste du négro-mauritanien opprimé» pendant qu’il était en fonction au Service de Planification des études et projets du ministère de la santé après une formation de technicien supérieur de Santé au Centre d’Enseignement Supérieur en Soins-Infirmiers (CESSI) à Dakar en 1985.

Continuer la lecture de « Mamadou Sidy BA »Les Flam existent et existeront toujours. » »

Partagez notre page

La discrimination raciale dans les ministères mauritaniens: une analyse des Flam

 

 

 

 

 

 

De nos jours, même le semblant d’équilibre arithmétique n’est plus respecté par le SB. De mieux en mieux structuré, grâce à ses nouveaux cadres (souvent formés à la hâte pour remplacer les Noirs), ses moyens financiers obtenus grâce à une politiques de crédits par complaisance et à l’aide arabe, le SB se sent plus puissant et plus confiant. Ce sentiment de puissance fait qu’il ne se fait plus de scrupules dans ses attitudes chauvines et racistes. Le racisme et le chauvinisme officieux sont devenus la ration quotidienne des Noirs : c’est la beydanisation ou l’Apartheid mauritanien. Il se pratique à tous les niveaux de la vie politique, sociale, culturelle.

Continuer la lecture de « La discrimination raciale dans les ministères mauritaniens: une analyse des Flam »

Partagez notre page

Mauritanie : le MAEC, un appareil « d’exclusion » des diplomates noirs

 

 

 

 

 

 

Le Ministère mauritanien des Affaires étrangères et de la Coopération est un appareil « d’exclusion » des diplomates noirs, selon un document confidentiel obtenu par Alakhbar.

Selon le document, la dernière affectation de quatre (4) conseillers aux affaires étrangères et d’un attaché consulaire dans nos ambassades renvoie à la réalité de l’exclusion systématique des noirs au sein de la diplomatie mauritanienne.  Une seule Noire Sokhna Guèye (Pretoria) figure parmi les quatre. Les autres sont sont des Beidane Mohamed Mouftah Ahmed (Abuja), Cheikh Hadrami Othman (Mascate), Ahmed Abdallah (Bamako) et Abdarahmane Mohamed Lemine (Riyad).

Continuer la lecture de « Mauritanie : le MAEC, un appareil « d’exclusion » des diplomates noirs »

Partagez notre page