Pour la majorité des Arabo-berbères mauritaniens, l’unité musulmane ne doit pas inclure leurs frères et sœurs noirs.

Cela s’explique par leur perception, ancrée dans leur culture, qui considère  que les Noirs sont prédestinés à l’esclavage et qui les empêche d’accorder  aux Negro africains de Mauritanie le traitement juste et adéquat auquel, ils ont droit de par la loi islamique. Un excellent exemple de cette situation est celui que constituent les termes de ce constat de vente d’une esclave musulmane noire  nommée Koumba Mint  Sghair et de sa fille Kneiba en 1992. En voici le contenu, traduit de l’arabe

Continuer la lecture de « Pour la majorité des Arabo-berbères mauritaniens, l’unité musulmane ne doit pas inclure leurs frères et sœurs noirs. »

Partagez notre page

Soutien aux prisonniers politiques de Lixeiba

Nos camarades de Lixeiba sont arbitrairement détenus dans des conditions effroyables depuis le deux juillet 2019 pour avoir osé dénoncer le coup de force électoral qui a propulsé le Général Ghazouani au rang de chef de l’Etat. Face au cynisme et à l’indifférence constante et totale des autorités, ils ont entamé  le 9 octobre une grève de la faim. Par cet acte courageux mais hautement risqué, ils ont conscience de mettre en danger leur santé  et leur vie.

Continuer la lecture de « Soutien aux prisonniers politiques de Lixeiba »

Partagez notre page

Un exposé sommaire des violations et des violences de l’Etat raciste mauritanien de 1986 à nos jours

Au moment où, en Afrique et ailleurs, la démocratie  progressait, où des peuples s’affranchissaient péniblement de la domination et de l´intolérance, la Mauritanie sombrait. Loin des avancées démocratiques, ce pays développait un système pernicieux fondé sur la ségrégation raciale, la confiscation de l’Etat, à travers tous ses rouages (Administration, Armée, Ecole, Médias etc…) au profit exclusif de la  communauté dominante. Etait simultanément conduite une politique systématique d’exclusion des citoyens Négro-africains, communément baptisée « dénigrification » du pays. Etaient également entretenus un système et des pratiques esclavagistes visant plus spécifiquement nos concitoyens Haratines (Arabes culturellement mais Noirs).

Continuer la lecture de « Un exposé sommaire des violations et des violences de l’Etat raciste mauritanien de 1986 à nos jours »

Partagez notre page

Mauritanie : Vague d’arrestations pour briser la contestation post électorale

 

 

 

 

 

 

 

Des personnalités de l’opposition ont été détenues une semaine et l’accès à Internet bloqué

(Tunis) – Les autorités mauritaniennes ont détenu au moins trois personnalités de l’opposition sans chef d’accusation, manifestement dans le cadre d’efforts visant à étouffer la contestation du résultat de l’élection présidentielle du 22 juin, a déclaré aujourd’hui Human Rights Watch. Les autorités ont également bloqué Internet et arrêté des dizaines de militants de l’opposition.

Continuer la lecture de « Mauritanie : Vague d’arrestations pour briser la contestation post électorale »

Partagez notre page

Arrestations de noirs en Mauritanie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les autorités affirment avoir arrêté des « étrangers » qui voulaient déstabiliser le pays. L’opposition et les défenseurs des droits humains affirment qu’il s’agit de Négro-Mauritaniens et parlent de « racisme ».

Au moins une centaine de personnes ont été arrêtées depuis le début de la semaine en marge des manifestations qui se sont tenues à travers la Mauritanie. Les autorités affirment qu’il s’agit surtout d' »étrangers » qui se seraient associés à la contestation des résultats du premier tour de la présidentielle.

Continuer la lecture de « Arrestations de noirs en Mauritanie »

Partagez notre page

Mauritanie: les veuves du passif humanitaire de 1989 réclament toujours justice

 

 

 

 

 

 

 

« Le plus important c’est le jugement des responsables de ces crimes » (Maimouna Alpha Sy, secrétaire générale du Collectif des veuves)

En 1989, les troubles frontaliers entre la Mauritanie et le Sénégal ont entrainé le déplacement de nombreux mauritaniens. 30 ans après, ce sujet s’est imposé durant la campagne pour la présidentielle.

Maimouna Alpha Sy, 60 ans, est la veuve de Baba Baydi Alassane, lieutenant des douanes, arrêté le 26 novembre 1990 et tué le 27 à la brigade de gendarmerie du quartier Cansado de  Nouadhibou.

Continuer la lecture de « Mauritanie: les veuves du passif humanitaire de 1989 réclament toujours justice »

Partagez notre page

Madame Houleye Sall : « Passif humanitaire, pourquoi en parlent-ils maintenant? »

 

 

 

 

 

 

Madame Houleye Sall, présidente du Collectif des veuves réagit à la rencontre des cadres négro-africains et le candidat Ghazwani: « Passif humanitaire, pourquoi en parlent-ils maintenant? »

C’est la question que se pose, très amère, la présidente du collectif des veuves des victimes des événements des années 89 -90, Madame Houleye Sall, rencontrée ce mercredi 15 mai, vers 13 dans sa maison sise près du marché de Sebkha. Une vieille bâtisse qui date des années 70 et qui souffre des intempéries du sel et des eaux de pluies.

Continuer la lecture de « Madame Houleye Sall : « Passif humanitaire, pourquoi en parlent-ils maintenant? » »

Partagez notre page

Identité nationale : Sawab craint la négrification de la Mauritanie

 

 

 

 

 

 

M.Mohamed Yehdhih Ould Breidelil, figure emblématique du Baathisme en Mauritanie et l’un des théoriciens du parti nationaliste Sawab a déclaré selon des sources journalistiques locales, que les Mauritaniens sont aujourd’hui désemparés politiquement face à l’amalgame fait entre citoyenneté et identité. Le fait que nombre de Mauritaniens, ajoute-t-il, n’affichent pas une orientation définie ni un patriotisme avéré, augmente davantage l’inquiétude générale.

Continuer la lecture de « Identité nationale : Sawab craint la négrification de la Mauritanie »

Partagez notre page

Quand la Mauritanie expulsait ses ressortissants noirs

 

 

 

 

 

 

En 1989, des dizaines de milliers de Négro-Mauritaniens ont été expulsés vers le Sénégal et le Mali, suite à un incident entre Peulhs et Soninkés. Trente ans plus tard, Aldiouma Cissokho et d’autres continuent de réclamer leur droit à rentrer chez eux.

Cette semaine nous allons feuilleter une page d’histoire d’Afrique de l’ouest assez méconnue. Une histoire très contemporaine, pourtant, puisqu’elle nous ramène seulement trente ans en arrière.

Continuer la lecture de « Quand la Mauritanie expulsait ses ressortissants noirs »

Partagez notre page

Les réseaux troubles du pouvoir mauritanien au Nord Mali

 

 

 

 

 

 

 

Grace à une opération antiterroriste en 2019, les forces françaises de l’opération Barkane en savent plus sur le rôle trouble du président mauritanien Aziz dans la libération des otages suédois et sud-africain deux ans auparavant.

En juillet 2017, de nombreux observateurs de la région, furent intrigués par la manière dont les otages suédois et sud-africain, Johan Gustafsson et Stephen McGown, capturés en novembre 2011 à Tombouctou, furent libérés, sans cérémonie officielle ni couverture de presse. Or après le raid réussi de Barkane en février 2019 au nord de Tombouctou, on en sait beaucoup plus sur cette l’énigme poséepar la libération trop discrète des otages.

Continuer la lecture de « Les réseaux troubles du pouvoir mauritanien au Nord Mali »

Partagez notre page

Mauritanie : nominations riment avec discriminations

 

 

 

 

 

 

Le 9 janvier dernier, le Chef de l’Etat étant en tête de cortège, des centaines d’habitants de Nouakchott (surtout des fonctionnaires contraints et forcés) ont marché « contre la haine, le racisme et pour l’Unité nationale » à l’invitation des autorités qui en avaient conçu les slogans. Depuis cet événement qui a reçu un accueil plutôt contrasté, la plus célèbre avenue de la capitale a été  renommée, dans la foulée, « Avenue de l’unité nationale». Beau nom de baptême et beau symbole en apparence ! Mais en apparence seulement.

Continuer la lecture de « Mauritanie : nominations riment avec discriminations »

Partagez notre page

Les onze jours de Nouakchott (février 1966

 

 

 

 

 

Aux débuts de l’indépendance, plus des trois quarts de la fonction publique mauritanienne sont tenus par des noirs; plus de 80 % dans l’enseignement et les PTT. Ils avaient accepté l’école, parlaient et écrivaient le français. De nombreux Dahoméens qui étaient les commis de l’administration de Dakar à Brazzaville – surnommés les porte-plumes de l’Afrique -sont d’abord expulsés pour laisser place aux nationaux.

Puis se pose le problème de l’équilibre entre Noirs et Maures. Rien de religieux dans cette rivalité: les Toucouleurs sont encore plus pieux musulmans que les Maures chez lesquels quelques pratiques berbères ont subsisté.

Continuer la lecture de « Les onze jours de Nouakchott (février 1966 »

Partagez notre page

Mohamed OULD Abdel Aziz : Portrait de l’actuel chef du système beydane

 

 

 

 

 

 

 

Issu de la tribu des Ouled Bousbaa, Mohamed Ould Abdel Aziz Ould est né le 20 décembre 1956 à (62 ans), à Darou Mousty (non loin de Louga, au Sénégal). Il dit être né à Akjoujt, une ville située à quelques 250 km au nord de Nouakchott.

Sorti de l’Académie royale militaire de Meknès, au Maroc, il rejoint l’armée mauritanienne en 1977

En 1984, il est nommé aide de camp du président de la République ;

* 1986 – 1987. Il intègre l’Ecole militaire inter armes d’Atar (E.m.i.a.) où il obtient le brevet de capitaine. Maouya Ould Sid’Ahmed Ould TAYA le rappellera de 1987 à 1991 à son ancien poste d’aide de camp du président de la République et de commandant du bataillon de sécurité de la présidence de la république (Ba.se.p.) ;

Continuer la lecture de « Mohamed OULD Abdel Aziz : Portrait de l’actuel chef du système beydane »

Partagez notre page

Mauritanie : Entre le racisme anti-Noirs et l’esclavage

 

 

 

 

 

 

L’histoire de la Mauritanie est marquée par le racisme et le chauvinisme des Arabes bîdhânes, et par l’esclavage des Noirs qui y est encore pratiqué.

La Mauritanie est un pays biracial et multiethnique composée de :

* Les Bamana, les Fulɓe, les Sooninko et les Wolof, populations que l’on retrouve aussi dans les autres pays de l’Afrique de l’ouest et du Centre

* Les Arabes Bîdhân (terme arabe, l’bial, signifiant « Blancs » et par lequel se désignent eux-mêmes, les leucodermes, de Culture arabo-berbère en Mauritanie, par opposition aux « Noirs » désignés sous les vocables racistes de « Soudân » ou « Kwar » dérivé de « kafr »).

* Les H’râtîn (descendants d’esclaves Noirs) et les Abîd (esclaves Noirs) qui sont assimilés culturellement par leurs propriétaires arabo-berbères.

Continuer la lecture de « Mauritanie : Entre le racisme anti-Noirs et l’esclavage »

Partagez notre page

Mauritanie: Dispersion par la Police de la marche des veuves

 

 

 

 

 

 

Une marche du collectif des veuves, orphelins et autres ayants des droits des militaires noirs victimes d’exécutions extrajudiciaires perpétrées en Mauritanie entre septembre 1990 et février 1991, en direction de la représentation des Nations Unies à Nouakchott, a été stoppée, mercredi, par la police, tout près de la mairie de Tevragh-Zeina, a-t-on constaté.

Continuer la lecture de « Mauritanie: Dispersion par la Police de la marche des veuves »

Partagez notre page

Recalés, parce qu’ils sont noirs !

 

 

 

 

 

 

 

2016 : les jeunes footballeurs de l’École Nessiba 1 (un établissement scolaire de la périphérie du 6ème arrondissement de Nouakchott) sont privés d’un voyage mérité au Qatar. Parce que tous noirs, l’état raciste mauritanien  a jugé qu’ils ne pouvaient pas représenter la Mauritanie dans un tournoi de football destiné aux écoliers du monde « arabe ».

Continuer la lecture de « Recalés, parce qu’ils sont noirs ! »

Partagez notre page

Mauritanie: la ségrégation raciale au sein de l’armée, l’analyse des Flam

Nous parlons de l’armée pour deux raisons. Dans le présent, elle détient le pouvoir. Dans l’avenir, elle jouera un rôle déterminant pour l’issue du conflit racial.  La guerre du Sahara a contribué à lui donner la place qu’elle occupe actuellement. Le coup d’Etat du 10 juillet 1978, en la propulsant sur le devant de la scène politique du pays, a fait d’elle la première force politique avec laquelle il faut désormais composer. Évidemment, il ne faudrait pas entendre « force politique » dans le sens classique du terme, avec une organisation cohérente, avec un programme économique, une idéologie auxquels se réfèrent ses membres.

Continuer la lecture de « Mauritanie: la ségrégation raciale au sein de l’armée, l’analyse des Flam »

Partagez notre page

La Mauritanie exclue de l’Agoa pour pratique d’esclavage

 

 

 

 

 

 

Donald Trump a informé le Congrès et le gouvernement de la Mauritanie qu’il mettait fin à l’admissibilité de leur pays aux avantages en matière de préférence commerciale en vertu de la Loi sur la croissance et les perspectives économiques en Afrique (Agoa), à compter du 1er janvier 2019.

Le décret signé par le président américain met en cause les pratiques de travail forcé et l’esclavage moderne, selon un décret présidentiel publié par le Bureau américain en charge du commerce que VOA Afrique a vu.

Continuer la lecture de « La Mauritanie exclue de l’Agoa pour pratique d’esclavage »

Partagez notre page

Mauritanie : voyage au cœur d’un état Islamique d’Afrique et Esclavagiste

 

 

 

 

 

 

 

Située entre l’Afrique noire et le Maghreb, la République Islamique de Mauritanie est un pays carrefour composé essentiellement de  »négro-africains » descendants des empires et royaumes africains qui contrôlaient jadis une très grande partie de ce territoire (réf : empire du Mali – empire songhay – royaume du Fouta toro – royaume du Walo …), d’arabo-berbères (aussi appelés Beydanes) arrivés au fil des conquêtes islamiques et enfin de Haratines (peuple noir autochtone) transformés esclaves.

Continuer la lecture de « Mauritanie : voyage au cœur d’un état Islamique d’Afrique et Esclavagiste »

Partagez notre page

Mauritanie : de la marginalisation des diversités culturelles à l’installation de la violence par Sidi N’Diaye

 

 

 

 

 

 

 

Le 28 novembre 1960, date de l’indépendance de la Mauritanie, va marquer les débuts d’un enchevêtrement de mesures et de politiques qui, sur la durée, vont scinder les populations mauritaniennes et exacerber les passions communautaires à partir des années 1980 ( Il est évident que bien avant l’indépendance des tensions….) C’est un élément important qu’il convient de saisir pour comprendre la nature de la répression qui touchera plus tard le pays. En effet, faisant abstraction totale de l’hétérogénéité ethnique et culturelle qui caractérise la Mauritanie, Moctar Ould Daddah, le premier président après l’indépendance, décide une arabisation partielle du système éducatif, ignorant des populations qui ont toujours usé de la langue française dans leur parcours scolaire.

Continuer la lecture de « Mauritanie : de la marginalisation des diversités culturelles à l’installation de la violence par Sidi N’Diaye »

Partagez notre page