Décès de Bal Mohamed El Habib dit Doudou, grand serviteur de l’Etat, de Kaédi et signataire du Manifeste des 19

A Kaédi, le nom de Doudou Bal est associé à la ville et à sa jeunesse, à l’Ecole Nationale de Formation et de Vulgarisation Agricoles (ENFVA) fleuron des cadres ruraux de la Mauritanie du temps de sa splendeur. Ingénieur des Eaux et Forêts, le premier en Mauritanie avec le grade de colonel, et professeur à l’ENFVA, s’est naturellement vers lui que notre choix s’est porté pour la présentation de la conférence sur la désertification lors du Séminaire d’Etude et de Réflexion des jeunes de Kaédi (SERJK) qui s’est tenu du 22 au 31 août 1984. Une conférence qui a marqué les esprits par son contenu savant et la pédagogie qui a permis aux très nombreux participants venus de toute la région du Gorgol et des régions limitrophes de s’approprier leur milieu naturel. Avec le recul, on peut raisonnablement penser que notre regretté Doudou Bal est un/le pionnier de la défense de l’environnement et de l’écologie en Mauritanie.

Continuer la lecture de « Décès de Bal Mohamed El Habib dit Doudou, grand serviteur de l’Etat, de Kaédi et signataire du Manifeste des 19 »

Partagez notre page

Mauritanie : l’institution militaire, colonne vertébrale du grand effacement des citoyens noirs ! Par Ciré Ba

L’armée « mauritanienne » existe. Cela ne fait pas de doute. Omniprésente, elle régente le pays depuis plus de quarante ans. Tout passe par elle. Tout revient à elle et tout lui revient. Est-elle nationale ? Sûrement pas. Elle est plutôt ethnique, tribale et l’apanage d’une seule composante du pays : la composante maure. Continuer la lecture de « Mauritanie : l’institution militaire, colonne vertébrale du grand effacement des citoyens noirs ! Par Ciré Ba »

Partagez notre page

Une armée qui a reçu des instructions pour sauver des vies de trafiquants liés au djihadisme au nord (propos du général Mohamed Lehreitani), tue dans la vallée

L’armée mauritanienne, ces unités spéciales déployées dans la vallée pour surveiller ses frontières sud notamment contre toute infiltration en relation avec la Covid-19, s’est souvent vantée d’avoir l’expertise dans la lutte contre les trafics de tous genres. Depuis plusieurs années, elle est engagée dans différents couloirs dans le nord et l’est du pays ou sévissent groupes terroristes et trafiquants de tous genres.

Continuer la lecture de « Une armée qui a reçu des instructions pour sauver des vies de trafiquants liés au djihadisme au nord (propos du général Mohamed Lehreitani), tue dans la vallée »

Partagez notre page

Génocide, en toute circonstance et s’y tenir par Ciré BA

La première grande victoire pour la réconciliation nationale sera celle de la vérité, de la requalification des faits. Pour y parvenir, Il est indispensable d’utiliser, en toute circonstance, les mots qui conviennent pour désigner les maux causés au risque de tomber dans le négationnisme et l’impunité. Il n’existe pas de période de soldes pour un disparu. On ne solde pas les mots et les morts.

Continuer la lecture de « Génocide, en toute circonstance et s’y tenir par Ciré BA »

Partagez notre page

La vie des militaires négro mauritaniens

La Mauritanie accède à l’indépendance le 28 novembre 1960; son armée est le produit du transfert des militaires de l’armée coloniale issus des effectifs de l’AOF.
Depuis 1960 ces cadres étaient formés dans les grandes écoles Françaises et Africaines jusqu’a 1976 date de l’ouverture de l’école militaire interarmes d’Atar. Héritage de l’armée coloniale, ses statuts, son règlement sa discipline étaient de rigueur et ne souffraient pas de différences ethniques, raciales ou tribales. Les fonctions de commandements et de responsabilités étaient attribuées selon la compétence, le mérite. C’est ainsi que des cadres noirs ont occupé d’importants postes dans la hiérarchie militaire. Servir avec loyauté et dévouement était la devise.

Continuer la lecture de « La vie des militaires négro mauritaniens »

Partagez notre page

Les contre-vérités du colonel Oumar Ould Beibacar : de « Petite notion sur les Flam » à « Deux abus d’autorité/ Moi aussi j’étais à Oualata (7)

Lieutenant Oumar OULD Beibacar, geôlier à la prison mouroir de Walata. Aujourd’hui, Colonel de l’armée mauritanienne à la retraite .

Oumar Ould Beibacar a été très prolixe depuis 2015, (pourquoi ce long silence ?) en nous inondant d’écrits truffés de contre-vérités et de malveillances. Je me suis intéressé à ces écrits du premier au dernier en date.

Je ne peux me retenir de vous faire partager une de ces contradictions sur le « manifeste du négro-mauritanien opprimé… » dans deux (2) de ses textes, le premier et le dernier.

Voici ce qu’il écrivait, à ce propos, dans son premier texte, avec un focus en gras sur les éléments déterminants : « Petite notion sur les FLAM » publié sur Cridem le 19 août 2015 à 13 h14, qui nous faisait découvrir Ould Beibacar :

Continuer la lecture de « Les contre-vérités du colonel Oumar Ould Beibacar : de « Petite notion sur les Flam » à « Deux abus d’autorité/ Moi aussi j’étais à Oualata (7) »

Partagez notre page

Défait, le régime militaire prépare un nouveau génocide en Mauritanie.

 

 

 

 

 

Les mauvaises manières ont la vie dure. A peine éteints les lampions de la campagne électorale, le régime militaire, fidèle à lui-même, redevient ce qu’il n’a jamais cessé d’être : raciste, tribaliste, corrompu, génocidaire, négrophobe obsessionnel et sans frontières. La machine infernale est, une fois de plus, lancée.

Continuer la lecture de « Défait, le régime militaire prépare un nouveau génocide en Mauritanie. »

Partagez notre page

Ce que le racisme d’Etat et les discriminations font à la politique mauritanienne

 

 

 

 

 

 

 

Le racisme d’Etat, les exclusions normalisées et les pratiques politiques décadentes ont rendu possible une chose vis-à-vis de laquelle nombre de Mauritaniens avaient jusqu’à présent une aversion sans borne : la communautarisation de l’espace et des engagements politiques. Si cette créature hideuse, dont nous ne connaissons que trop bien la puissance de destruction, est à combattre dans les espaces publics et dans l’intimité des familles, il convient pourtant, pour nous qui vivons un moment exceptionnel de re-mobilisation politique généralisée, de ne point ranger les candidatures de Biram Dah et de Kane Hamidou Baba dans la rubrique de ces communautarismes (harratine, peule, soninké, wolof…) néfastes à décapiter.

Continuer la lecture de « Ce que le racisme d’Etat et les discriminations font à la politique mauritanienne »

Partagez notre page

Non à la captation de l’Etat par des hommes d’affaires liés au pouvoir

 

 

 

 

 

 

Des sources indépendantes font état de la captation systématique de l’Etat par des hommes d’affaires et commerçants originaires de l’Est du pays, région d’origine du candidat du pouvoir, le général Mohamed Ould Ghazouani.

Ces hommes d’affaires auraient injecté des sommes colossales d’argent pour faire passer ce dernier qui aurait engagé la reconnaissance de dettes.

Continuer la lecture de « Non à la captation de l’Etat par des hommes d’affaires liés au pouvoir »

Partagez notre page

Mohamed Ould Abdel Aziz promet le chaos s’il est contrarié par son peuple

 

 

 

 

 

 

 

Pour imposer son taiseux dauphin Mohamed Ould Ghazouani qui donne l’impression d’être forcé, le général président Mohamed Ould Abdel Aziz surfe sur la peur d’un lendemain orphelin de la clique de généraux issus d’une même communauté en faisant croire que la sécurité c’est lui et son système. C’est le sens et la subsistance de son propos catégorique, qui sonne comme une mobilisation de ses troupes, tenu aux parlementaires de son parti « La Mauritanie sera en danger si les élections présidentielles du 22 juin prochain ne sont remportées par le candidat du pouvoir ».

Continuer la lecture de « Mohamed Ould Abdel Aziz promet le chaos s’il est contrarié par son peuple »

Partagez notre page

Un candidat de l’opposition pas comme les autres

 

 

 

 

 

 

Sidi Mohamed Ould Boubacar n’est pas un candidat comme les autres. Pour une raison simple. Il a été un très proche collaborateur de Moawiyya Ould Sid’Ahmed Taya dont le régime s’est rendu coupable de pratiques d’extermination voire, pour certains, de génocide. Plutôt que de se présenter à des élections, il devrait rendre des comptes. Pour cela, il devrait répondre à des questions simples:

Continuer la lecture de « Un candidat de l’opposition pas comme les autres »

Partagez notre page

Énigme

 

 

 

 

 

Un post lu ce matin m’est apparu un peu énigmatique. Loin de moi toute idée de polémique. Et ce d’autant plus que l’auteur du post est une personne estimable et que, pour ma part, je ne suis pas partie prenante.
« L’histoire retiendra qu’en avril 1986, les FPC ex flam ont publié le Manifeste du Négro-mauritanien opprimé » peut-on noter. Le propos est a priori surprenant Pour une raison simple. C’est qu’en 1986, les FPC n’existaient tout simplement pas. Pas plus le sigle que le parti politique qu’il identifie désormais. Du moins à ma connaissance.

Continuer la lecture de « Énigme »

Partagez notre page

Ghazaouwi, les tortionnaires et le peuple

 

 

 

 

 

 

La Mauritanie est dans le triste top 5 des pays Africains qui ont vu défiler des régimes civils ou militaires autoritaires, issus pour la plupart de coups d’Etat. Ces coups d’Etat virtuels ou réels ont causé des déchirures sociales et des haines entre les populations du Sud et celles du Nord du pays.

Le principal actionnaire de cette haine fut le clan des extrémistes arabophones se réclamant directement ou indirectement des idéologues racistes et sans croyance qui, longtemps, ont courtisé le Président Ould Taya et son système durant plus de 20 ans de règne. Plus de 509 soldats et officiers négro-africains sont sauvagement assassinés dans des exécutions extra-judiciaires.

Continuer la lecture de « Ghazaouwi, les tortionnaires et le peuple »

Partagez notre page

Mauritanie: Sélection présidentielle de 2019.

 

 

 

 

 

 

 

Les acteurs politiques Négro-mauritaniens semblent ignorer une réalité simple. La prochaine élection présidentielle est jouée d’avance. 2 attitudes sont alors possibles: efuser de jouer si on estime les règles du jeu faussées. C’est l’attitude des FLAM. auxquelles Il faut reconnaître le mérite de la cohérence). Ou jouer malgré tout. En ce cas, il faut accepter avec lucidité qu’on ne joue pas pour gagner.

Continuer la lecture de « Mauritanie: Sélection présidentielle de 2019. »

Partagez notre page

« Ni César ni tribun » par Tijane Bal

 

 

 

 

 

 

 

Une histoire haalpulaar rapporte que lors d’une partie de chasse au lion, l’un des deux chasseurs demanda à l’autre, tout près de la tanière : tu me précèdes et je te suis ou je te suis et tu me précèdes ?

Il faut croire que ce semblant de choix qui est en réalité un non choix, s’applique également au champ politique dont on sait qu’il peut ressembler à un terrain de chasse. Surtout peu avant une élection aussi décisive que la présidentielle. Qu’à la veille d’une telle échéance, chaque camp incite à préférer son champion est normal.

Continuer la lecture de « « Ni César ni tribun » par Tijane Bal »

Partagez notre page

A Biram Dah Abeid : Zorro n’existe pas en politique par Cire BA

 

 

 

 

 

 

Demander des explications à un candidat qui aspire à diriger un pays est d’une banalité universelle. Le présenter comme ZORRO, comme la seule solution alors qu’il n’a pas apaisé des inquiétudes légitimes, relève d’un fanatisme annonciateur de totalitarisme.

Continuer la lecture de « A Biram Dah Abeid : Zorro n’existe pas en politique par Cire BA »

Partagez notre page

Les FPC: l’art de plomber son propre parti par Bocar SAXO

 

 

 

 

 

 

Le 1er octobre 1958, le général De Gaulle créa l’Union pour la nouvelle République (UNR) qui deviendra l’Union des démocrates pour la République (UDR) puis Rassemblement pour la République (RPR)

Le RPR de Jacques Chirac, créé le 5 décembre 1976, donnera naissance, avec sa fusion avec Démocratie libérale, Ecologie bleue et le MDR, le 23 avril 2002 à l’Union pour la majorité présidentielle qui deviendra ensuite Union pour un mouvement populaire (UMP).

Continuer la lecture de « Les FPC: l’art de plomber son propre parti par Bocar SAXO »

Partagez notre page

Candidature unique ou candidature de témoignage ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Il n’est nullement question ici du débat récurrent qui, une fois encore, agite les partis d’opposition à l’orée de la présidentielle. Il ne s’agit pas de savoir qui va y aller au nom de tous. ou, soyons réalistes, au nom du plus grand nombre. Non. Il s’agit plutôt de se demander si le scrutin à venir pourra accoucher, fût-ce au forceps, d’une candidature unique représentative de « la » ou, pour dire plus vrai, « des » communautés afro-mauritaniennes (ou négro-africaines si cette appellation plus convenue a votre préférence). A peine suggérée, une telle probabilité fait débat et soulève moult questions. Et pas des plus futiles. Retenons-en deux.

Continuer la lecture de « Candidature unique ou candidature de témoignage ? »

Partagez notre page

Avril 2019 : il ne marchera pas pour commémorer le trentième anniversaire du génocide par Ciré BA

 

 

 

 

 

Avril 2019, trente ans après le triomphe des idées extrémistes et racistes de la mouvance panarabiste, nous devons commémorer partout en Mauritanie et sous toutes les latitudes la déportation de dizaines de milliers de milliers de noirs mauritaniens au Sénégal et au Mali. Le pouvoir sera fortement tenté de s’opposer à toute manifestation publique de grande ampleur. Au meilleur des cas, il confinera sous haute surveillance policière dans des locaux de partis ou d’organisations de défense des droits humains. La tentation d’une interdiction est plus grande. Le temps et les hostilités ne doivent pourtant pas avoir de prises sur le devoir de mémoire, l’exigence de vérité et notre soif légitime de justice.

Continuer la lecture de « Avril 2019 : il ne marchera pas pour commémorer le trentième anniversaire du génocide par Ciré BA »

Partagez notre page

Avançons ! par Tijane BAL

 

 

 

 

 

 

C’est décidé. Mercredi 9, jour de marche. L’initiative recèle les inconvénients de ses avantages présumés. Encore faut-il s’accorder sur son objet. Pour  l’essentiel, celui-ci  porte, semble-t-il, sur la dénonciation du racisme et de la haine. Objectif consensuel. Du moins en principe.  Là est pourtant son talon d’Achille. Un objectif trop fédérateur donne, en soi, peu de prise aux critiques. Qui, en effet, peut valablement s’opposer, pour elle-même, à la lutte contre le racisme, la haine, l’extrémisme… ?

Continuer la lecture de « Avançons ! par Tijane BAL »

Partagez notre page