Mamadou Sidy BA, Président des Forces de Libération Africaines de Mauritanie (Flam) : Lettre à mes compatriotes

 

 

 

 

 

 

 

 

Chers compatriotes,

C’est, délibérément, que j’ai attendu la clôture de la séquence électorale avant d’initier, au nom des Forces de Libération Africaines de Mauritanie, la  démarche esquissée il y a quelques semaines. Il fallait, en effet, éviter que le message ne soit parasité par des interférences de caractère électoral. Les élections sont à présent derrière nous. Nous estimons, par respect pour eux, qu’il appartient à ceux qui y ont pris part d’en tirer les enseignements.

L’idée d’un Front d’unité nationale, évoquée brièvement dans la déclaration de notre mouvement, publiée en septembre dernier, est le pivot de notre initiative. Elle nous apparaît plus que jamais comme un impératif catégorique. Peu importe, d’ailleurs, la formulation pourvu que l’on ne perde pas de vue l’objectif. Dialogue national, « Conférence nationale », Concertation nationale… Le plus consensuel des intitulés finira par émerger des échanges que nous souhaitons voir inaugurés au plus tôt.

Notre point de départ est un constat désormais largement partagé. Je reconnais modestement que nous n’en sommes pas les auteurs exclusifs. Plus que jamais, l’existence même de notre pays est en débat. Face aux risques de l’irréparable,  les FLAM en appellent à un sursaut sous la forme d’un dialogue national des forces politiques du pays.

Il sera probablement objecté que l’état des lieux n’est pas d’une bouleversante nouveauté. Certes. C’est peut-être précisément une des raisons pour lesquelles, il nous appartient, sans tarder, de tenter tout ce qu’il est possible pour sortir de l’impasse  mortifère dont les uns et les autres sommes prisonniers depuis si longtemps au point de ne s’en rendre plus compte. Ou du moins de le feindre.

Au-delà des déclarations de principe, somme toute partagées, il conviendra de mettre en œuvre des actions concrètes.

Reste qu’à ce stade exploratoire, un débat s’impose autour d’une démarche claire et sincère impliquant chacune des formations politiques mais aussi  des acteurs de la société civile et, pourquoi pas, à titre personnel des femmes et des hommes de bonne volonté de notre pays

Refus de la verticalité et du sectarisme, échanges sans complaisance mais sans acrimonie ni procès d’intention, esprit d’ouverture, transparence et reddition de comptes, tels sont les principes dont les FLAM pensent qu’ils pourront constituer les fondements de la démarche que nous souhaitons la plus inclusive possible.

Dans l’immédiat, l’objet du présent courrier, adressé, dans un premier temps, à des responsables des formations politiques est de les inviter, sous les modalités à leur convenance,  à s’exprimer tout simplement sur l’initiative qui leur est proposée.

Se parler, voilà le maître mot de notre démarche. Si cet objectif devait être atteint, ce serait un bon début. On en conviendra, c’est aussi un minimum.

Sans verser ni dans un optimisme exagéré, sans naïveté mais également sans cynisme, il nous appartiendra ensemble d’envisager la suite. Puisse-t-elle être porteuse d’espoirs.

 

Monsieur Mamadou Sidy BA,

Président des Forces de Libération Africaines de Mauritanie (Flam)

Jacksonville, le 29 octobre  2018

Partagez notre page

Auteur : Flammauritanie

Forces de libération africaines de Mauritanie Les F.L.A.M. sont une organisation à caractère plurinational, non ethnique et non raciale qui lutte pour l’avènement d’une société égalitaire et démocratique. Elles sont une Organisation politique pacifique , ouverte, qui privilégie le dialogue et la concertation, mais se résérve le droit de recourir à la lutte armée si elle y était contrainte. Toutefois, la violence physique n’est ni le but ni le credo de l’organisation. Les F.L.A.M. ont pour objectifs, entre autres, le recouvrement par tous les Mauritaniens et singulièrement les Négro-mauritaniens, de leur dignité par l’élimination de la discrimination raciale érigée en système de gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *