Dimensions culturelles des violations des droits de l’homme en Mauritanie: Les violations massives des droits culturels des Halpularen

 

Avec l’avènement du régime du Président Maaouya Ould Sid Ahmed Taya, l’article 6 de la loi fondamentale du 20 juillet 1991, fait de l’arabe la seule langue officielle. Désormais, la discrimination trouve une base légale dans la mesure où on peut vous exclure de l’accès à la fonction publique ou de l’exercice de certaines responsabilités en raison du fait que vous ne connaissez pas l’arabe. Mais c’est surtout en 1991 qu’auront lieu les exécutions extra judiciaires de militaires négro africains issus de la communauté Halpuleren suite à une tentative de coup d’Etat qui n’a jamais été prouvée de manière sérieuse. Il faut souligner de 1984 à 1991, le 12 décembre qui marque l’arrivée de TAYA au pouvoir était devenue presque la fête nationale.

Le 28 novembre date de l’indépendance nationale était plongée dans les oubliettes. Ainsi jusqu’en 1992, les négro africains étaient victimes de toutes sortes de vexations et de discrimination. Lors des contrôles routiers les policiers avaient pour consigne de ne contrôler que l’identité des négro africains. Le Maure est le « vrai mauritanien et la couleur de sa peau constituait un argument suffisant» affirme Amadou SOW. Cette période (1989-1991) est surtout marquée par le comportement inacceptable des forces armées dans les localités du sud de la Mauritanie. Tracasseries administratives, dépossession des terres, pillage du cheptel, travaux forcés déguisés de femmes, meurtres, complicité avec des tierces personnes pour s’accaparer des biens. Le régime en place ferme les yeux sur ces violations massives des droits de l’homme sous prétexte que l’armée se bat contre les infiltrations des éléments armées des FLAM dans la vallée. Durant cette période, il était pratiquement impossible pour les citoyens Negro africains ordinaires d’obtenir des pièces d’état civil. Cependant comme les autorités sont corrompues un marche de fabrique de papiers s’est développé de telle sorte que cette difficulté a été contournée par le simple fait de la corruption. Autre forme de moyens d’accaparement des biens est le recours aux instances judiciaires et ce en créant une source factice de conflits entre les éleveurs maures et les agriculteurs Negro africains.

Les procédures judiciaires s’emballent et sont suivies d’arrestations arbitraires et humiliantes qui ne sont que des formes de pressions pour soutirer aux populations de l’argent. Cette pratique était fortement structurée et des hommes de lois s’était reconvertie dans le démarchage auprès des autorités pour un règlement à l’amiable. Elle va s’amplifier en 1992 lorsque les communautés Negro africaines du sud de la Mauritanie votent massivement pour le candidat de l’opposition Ahmed DADDAH. Face au climat de terreur et d’insécurité les populations Négro africaines du sud vont adhérer au Parti du chef de l’Etat pour épargner leur vie et leurs biens. Cette adhésion plus la détention de la carte de membre du PRDS* deviennent un puissant bouclier contre ce genre de conduites et de plus en plus le sud perdant son aspect c’est dire un moyen de trouver de quoi manger, fait que les hommes de lois ont « déserté » le sud.

1 Les victimes

La destruction des lieux de mémoire est une insulte à la portée symbolique de

la diversité une entrave à l’éclosion du génie humain. La volonté de nier, d’effacer toute trace, tout signe de présence, de blesser et d’humilier un individu ou bien une

communauté, une fois passée dans la phase opérationnelle déshumanise aussi bien

les commanditaires que les victimes. Cette volonté de détruire toute possibilité de témoignage amène les humains à commettre des actes d’une monstruosité qui dépasse l’entendement. Amener autrui à avoir honte, à se sentir humilié et insignifiant est source de dépouillement de sa personnalité humaine. Ce geste est parlant car il ôte à

l’individu toute considération sociale. Le vocable « gens venus avec la colonisation

» fut véhiculé par les milieux racistes proches du régime de Taya pour nommer les membres de la communauté négro africaine mauritanienne.

2 La violation des droits culturels à travers le système éducatif

La scolarisation, faible mais de qualité jusqu’au début milieu des années 1980, a connu, depuis lors, un essor remarquable, sous l’effet d’une demande croissante, liée à la pression démographique ; elle accuse, toutefois, une baisse de niveau exceptionnelle ; l’école publique est aujourd’hui un lieu de socialisation au rabais. Les établissement privés d’éducation se multiplient, avec des prestations plus ou moins fiables et généralement hors de portée des populations. Des dysfonctionnements et insuffisances graves sont alors apparus, tant dans les aptitudes des enseignants qu’à travers les programmes, l’allocation des moyens éducatifs et l’accueil des élèves ; ces déficits continuent de peser négativement sur les performances du secteur. Les infrastructures préscolaires sont pratiquement inexistantes ; nombre de crèches, dynamiques durant les années 1960 et 1970, ont décliné. L’action du secteur public, dans les domaines de la réglementation et du contrôle de fonctionnement des services, est insuffisante, de même que la formation des personnels d’encadrement.

En ce qui concerne l’enseignement fondamental, l’accroissement rapide des effectifs a conduit l’Etat à augmenter ses investissements, afin de permettre l’absorption du flux exponentiel des élèves. Les enfants Haratine, Soninké, Wolof sont à ce titre doublement discriminés, car la grande pauvreté se compte nettement plus dans leurs rangs. En outre, la politique d’arabisation à outrance dans un pays multiracial et multiculturel, constitue un élément d’exclusion, à la fois de la fonction publique et des services. Le système éducatif mauritanien a connu plusieurs réformes dont la dernière a été mise en place avril 99. Celle-ci, tout en renforçant la place de la langue Arabe, a fait disparaître l’institut des Langues Nationales, dont l’enseignement est désormais dispensé à partir de la deuxième année universitaire, coupant ainsi toute chance aux enfants, autres arabophones, d’apprendre leur langue maternelle. Ceci représente une régression dans la politique des langues nationales, dont l’objectif initial (déclaré) au début des années1980, visait plutôt leur promotion, en les introduisant, progressivement, dans l’enseignement fondamental.

Cet état de fait prive les enfants des communautés , soninké et wolof du droit de bénéficier d’un enseignement dans leur langue maternelle et conduit alors à l’augmentation des risques déperdition et d’échec scolaires. Or, la Constitution du 12 juillet 1991, en son article 1 consacre l’égalité des citoyens ; les instruments internationaux de protection des droits fondamentaux s’accordent, tous, sur le rôle de la langue, vecteur important, porteur de l’identité d’un groupe ; selon ces références universelles, les Etats doivent encourager la promotion linguistique des groupes concernés, à travers des mesures minimales, à savoir enseigner leur langue maternelle, ou mieux encore, leur permettre de s’y instruire. Les politiques, à ce jour adoptées par le pouvoir mauritanien, sont discriminatoires à l’endroit des «communautés noires non arabophones» – pour employer le terme dans le rapport du gouvernement – car elles ne prennent pas en compte l’identité de ces groupes. L’expérience a montré, dans la société mauritanienne où différentes identités ethniques coexistent, que la culture, l’histoire et la tradition des communautés Haapulaar’en, Soninké et Wolof, sont le plus souvent négligées au bénéfice de la « majorité » arabophone.

3 Quelques exemples de violations de la diversité et des droits culturels

Les manuels scolaires véhiculent une histoire officielle qui a été réécrite selon les intérêts d’un seul groupe. Le passé a été revisité pour s’accorder aux intérêts exclusifs d’un seul groupe. Il fallait occulter cette longue et ancienne présence de la communauté négro africaine pour fonder l’hostilité aux négro africains considérés comme des gens venues en Mauritanie lors de la période coloniale. Cette instrumentalisation de l’imaginaire des maures a fait que lors des événements de 1989, il y eut une solidarité organique de la communauté face aux exactions et à la déportation des négro africains.

Une large place fut donnée à la question de l’identité avec cette idée sous sous-jacente de savoir qui doit on considérer comme un « vrai » mauritanien. Ainsi certains mauritaniens issus de la communauté Bambara et même des métisses ont changé leur nom au profit d’une appellation ayant une consonance maure ou le port systématique du voile chez des femmes négro africaines pour être confondues aux femmes haratines. Cette négation de sa propre identité est susceptible de plusieurs explications : opportunisme, peur des exactions, stratégies de survie etc. Dans tous les cas, il y a un malais existentiel face à l’impossibilité d’affirmer son identité. Par ailleurs, malgré l’existence de la presse privée indépendante et ce, suite à la loi de la presse (1993), la presse indépendante n’existe pas pour les autres langues nationales autres que l’arabe. L’Association pour la Renaissance du Pulaar en Mauritanie (ARP RIM) a déposé plusieurs fois des demandes pour la parution d’un journal en pulaar. La demande fut rejetée jusqu’à la chute du régime de Maouya.

4 Les violations des droits culturels dans les sociétés africaines traditionnelles

L’esclave est maintenu dans la pauvreté culturelle pour mieux le dominer et l’exploiter. Cette pauvreté culturelle leur ôte toute possibilité de prendre conscience de ces violations et de revendiquer. Il s’agit d’une entorse inacceptable à la religion islamique. On peut illustrer ce constat en évoquant le cas de la petite orgel au sein de la société halpular . La Korgel est une jeune fille de condition servile et elle est utilisée comme force de travail dans les familles. Ces fillettes ne sont pas scolarisées et sont enfermées dans analphabétisme. Le placement de ces fillettes dans les familles n’est qu’une astuce pour légitimer cette pratique qui est contraire aux droits de la femme. C’est pour dire que les violations des droits culturels ne sont pas exclusivement de l’Etat mais aussi le fait de simples citoyens ou de groupes traditionnels fortement structurés.

5 La destruction des lieux de mémoire

Ce chantier connaîtra son apogée lors du conflit frontalier qui opposa la Mauritanie et le Sénégal en 1989 et qui est le plus souvent dénommé les événements de 1989. Lors de ces événements, le pouvoir a procédé à la déportation des populations négro africaines et rebaptisé certains villages du sud pour leur donner un nom ayant une consonance arabe. Il convient de souligner qu’avant toute déportation les négro africains étaient dépouillés de leurs biens et leurs papiers d’état civil étaient systématiquement brûlés. La destruction par le feu des villages et des pièces d’état civil traduit sans équivoque le message du non retour. Si l’on considère les lieux de mémoire comme des lieux de construction des identités, il n y a aucun doute qu’il s’agit là d’un rejet conscient et délibéré de la présence des négro africains. La violation des lieux de mémoire suscite un choc émotionnel pouvant entraîner des réactions dangereuses et inhumaines

6 Les conséquences de la destruction des lieux de mémoire

Un des aspects les plus ignobles de la violation des droits culturelsest la destruction des lieux de mémoire car cette destruction est sous-tendue par une intention affirmée de blesser l’amour propre d’un individu ou la fierté d’une communauté, de chercher à effacer la présence d’un groupe ethnique, de falsifier l’histoire, en un mot d’installer l’individu dans la honte. Toute culture laisse des traces de son passage sur cette terre et il n y a rien de plus blessant de que de chercher à détruite ces traces qui de toutes de les façons ne font qu’enrichir le patrimoine de l’humanité. La négation des droits culturels entraîne souvent des replis identitaires très dangereux pour la construction d’une identité nationale surtout dans les pays africains. La destruction des lieux de mémoire entraîne une douleur physique et morale. Pire, elle engendre la montée des intolérances et des extrémistes de tout bord. Il convient de méditer ce passage sur le Projet de déclaration des droits culturels (Meyer-Bisch (dir.), Les droits culturels. Projet de déclaration, Ed. UNESCO, Ed. Universitaires Fribourg Suisse, 1998) qui stipule que:

« Nul n’est autorisé à interdire ou à occulter toute référence à l’identité culturelle dans le processus d’éducation, ou à empêcher directement ou indirectement la personne, seule ou en commun, d’apprendre ou d’enseigner des éléments de culture essentiels à son identité culturelle, qu’il s’agisse d’éléments de sa propre culture ou de l’ouverture nécessaire à la connaissance et au respect d’autres cultures » (page 40) La violation des droits culturels et le non respect de la diversité entraînent la paupérisation et la dispersion des ressources, les replis et les crispations identitaires empêchant tout dialogue positif et constructif entre les différents acteurs sociaux.

* PRDS (Parti Républicain pour le Développement Social)

Il place les membres de sa famille dans les différents Etat majors et les officiers les plus gradés sont nommés à la tête des Sociétés Nationales juteuses ainsi que toutes les directions importantes financièrement. Il s’agit des secteurs de l’eau, de l’électricité, des mines, des douanes, des impôts etc.

Extrait de « Dimensions culturelles des violations des droits

de l’homme en Mauritanie »

Abdulaye Sow avec la contribution de

Caroline Bieger-Merkli

Septembre 2006

Partagez notre page

Auteur : Flammauritanie

Forces de libération africaines de Mauritanie Les F.L.A.M. sont une organisation à caractère plurinational, non ethnique et non raciale qui lutte pour l’avènement d’une société égalitaire et démocratique. Elles sont une Organisation politique pacifique , ouverte, qui privilégie le dialogue et la concertation, mais se résérve le droit de recourir à la lutte armée si elle y était contrainte. Toutefois, la violence physique n’est ni le but ni le credo de l’organisation. Les F.L.A.M. ont pour objectifs, entre autres, le recouvrement par tous les Mauritaniens et singulièrement les Négro-mauritaniens, de leur dignité par l’élimination de la discrimination raciale érigée en système de gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *