Hommage à Tafsirou DJIGO: « Je crois à l’Islam, au Pulaar et aux Flam »

FEU DJIGO TAFSIROU assassiné le 28 septembre 1988 à Walata

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au nom des membres de notre comité de base; nommé Tafsiiru Jiggo d’Elancourt, je fais ce témoignage sur celui à qui on a donné le nom de notre comité de base.
Chers compatriotes :
La conscience noire doit beaucoup à ces quatre personnes:
Tafsiiru Jiggo, dont nous commémorons la mort,Fadel Baal,Abuubakry Kaaliidu Bah et Ibraahiima Abuu Sal

Il y a certainement d’autres personnes que je ne connais pas. Mais ces quatre combattants, je les considère comme le socle de cette conscience noire en Mauritanie.


Aujourd’hui, je veux parler d´Elimaan Puri ( Tafsiiru Jiggo); ce grand homme, de taille et de par ses actes. Celui qui a consacré tout son temps à la connaissance et à l’organisation du peuple noir mauritanien, face à l’injustice.

Tafsiiru fait partie des premières personnes au monde, à écrire le Pulaar, le premier à être le président de Kawtal JanngooBe Pulaar e LeyDeele AarabeeBe.
Parallèlement à son militantisme, qui a donné la naissance aux Flam; bien sûr avec d’autres camarades. Tafsiiru était un enseignant ambulant; parce que souvent, on l’interpellait dans la rue et lui posait des questions, et il s´ arrêtait toujours pour y repondre.

Il était aussi un enseignant polyvalent, car il enseignait chez lui des élèves et des étudiants, dès son retour de travail; il enseignait le Pulaar, l’Arabe, l’Anglais, les mathématiques, la physique, la chimie. Il connaissait bien le Coran et surtout l’histoire du Fuuta Tooro. Cet ingénieur agronome, petit fils de Sayku Umar Tal a vécu combattant et il est mort combattant. Quelques heures avant sa mort dans la prison de Walata, il a dit ceci a Ibraahiima Abuu Sal, je le cite : « Je crois à l’Islam, au Pulaar et aux Flam »

Tafsiiru était toujours bien habillé et bien entouré; entouré généralement par des pauvres personnes.
Quand il était ministre, Taya lui a proposé de mettre à sa disposition des sentinelles, parce qu’il y avait toujours beaucoup de visiteurs chez lui; il lui a dit : « Je n´ en ai pas besoin. Ceux qui viennent chez moi, ne viennent pas voir le ministre, mais Tafsiiru Jiggo tout court ».

Chez Tafsiiru, on rencontrait des grands cadres internationaux, des petits et des grands fonctionnaires locaux. On y rencontrait des bergers, des cultivateurs, des mécaniciens, des « jannankooBe » et mêmes des vendeurs des cure-dents.

Perdre ce grand homme dans des circonstances pareilles, ne peut que nous rendre, nous les membres de son comité de base tristes et à la fois révoltés. Je dis à cette occasion, lâche est celui qui ne lutte pas contre cette ségrégation raciale, où la vie d’un noir est réduite à néant. Prions pour nos camarades tués au nom de l’arabité et de l’Arabe en Mauritanie.

Tafsiiru, min njejjitaani golle maDa, imin ndeenanmaa ngesa maaDa.
Yoo Alla yurme, yaafomaa, juuDe moxxe njaaBBomaa.

La lutte continue!

E innde penngal Jiggo Tafsiiru to Elancourt, Farayse.
Sayku Umar Bah

 

Partagez notre page

Auteur : Flammauritanie

Forces de libération africaines de Mauritanie Les F.L.A.M. sont une organisation à caractère plurinational, non ethnique et non raciale qui lutte pour l’avènement d’une société égalitaire et démocratique. Elles sont une Organisation politique pacifique , ouverte, qui privilégie le dialogue et la concertation, mais se résérve le droit de recourir à la lutte armée si elle y était contrainte. Toutefois, la violence physique n’est ni le but ni le credo de l’organisation. Les F.L.A.M. ont pour objectifs, entre autres, le recouvrement par tous les Mauritaniens et singulièrement les Négro-mauritaniens, de leur dignité par l’élimination de la discrimination raciale érigée en système de gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *