Mauritanie/Esclavage: 6 élus républicains américains protestent auprès du FMI

 

 

 

 

 

 

L’agence de presse sud-africaine CajNewsAfrica rapporte que six élus américains, des Républicains, ont écrit le 5 mars une lettre au Fonds monétaire international (FMI) pour protester contre un prêt qu’il a accordé à la Mauritanie, pays où se pratique encore l’esclavage par ascendance (on naît esclave parce que vos parents étaient esclaves) et où l’Etat préfère poursuivre en justice les militants anti-esclavagistes que ceux qui entretiennent une pratique officiellement hors la loi.

Dans une lettre à Christine Lagarde, qui vient d’approuver une ligne de crédit de 163 millions de dollars à Nouakchott pour améliorer le niveau de vie des Mauritaniens, les élus estiment que cet argent n’ira pas aux pauvres, rapporte l’agence, mais dans « les poches » du président Aziz, accusé de « manipulations d’appels d’offres », de corruption, de violations des droits de l’homme, dont la torture.

En outre, rappellent les élus, il ne fait rien pour mettre fin à l’esclavage dans son pays, alors qu’on « estime que jusqu’à 20% de la population de Mauritanie est asservie, le taux le plus élevé du monde ». Et d’inciter Mme Lagarde à mettre fin au financement de Nouakchott « si le président Aziz continue de promouvoir un environnement contraire aux normes internationales ».

Les six élus sont Mark Meadows, Thomas Garrett, Gus Bilirakis, Jeff Duncan, Lee Zeldin et Scott Perry. Ces trois derniers siègent à la commission des Affaires étrangères, tandis que le premier préside le Freedom Caucus, rapporte l’agence de presse.

Source: cridem.org

Partagez notre page

Auteur : Flammauritanie

Forces de libération africaines de Mauritanie Les F.L.A.M. sont une organisation à caractère plurinational, non ethnique et non raciale qui lutte pour l’avènement d’une société égalitaire et démocratique. Elles sont une Organisation politique pacifique , ouverte, qui privilégie le dialogue et la concertation, mais se résérve le droit de recourir à la lutte armée si elle y était contrainte. Toutefois, la violence physique n’est ni le but ni le credo de l’organisation. Les F.L.A.M. ont pour objectifs, entre autres, le recouvrement par tous les Mauritaniens et singulièrement les Négro-mauritaniens, de leur dignité par l’élimination de la discrimination raciale érigée en système de gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *