Biram Dah Abeid doit avoir la décence d’arrêter les attaques de son camp contre toute une communauté

 

 

 

 

 

 

 

Son « alliance» politique avec le parti Sawab s’avère être en réalité une fusion avec la puissante nébuleuse du panarabisme hégémonique dont voici pour rappel, en lien ci – dessous, une partie de l’œuvre entre 1989 et 1992.

Quelles que soient ses tentatives d’explication et de lavage à grandes eaux de ses nouveaux camarades concepteurs du génocide qui ne dit pas son nom, cette nouvelle donne change tout : elle inflige une double peine aux victimes du génocide.

 

Fait nouveau aggravant : sur les réseaux sociaux, des individus se réclamant publiquement de son organisation s’en prennent ouvertement, sans discernement ni retenue et dans sa globalité, à une communauté déjà meurtrie. Il ne les condamne pas, ne désavoue pas leurs propos haineux et mensongers. Son silence laisse penser qu’il serait consentant et dire « ko maayDo tan booraa, kallaanan baane ya feere nan bono » qui veut dire malheur au mort.

Face à cette dérive de plus, Bocar Oumar Ba tire la sonnette d’alarme et écrit sur sa page facebook, le 5 juillet 2018 « …un audio publié dans le forum « Ira Sawab campagne », où un débile nommé XXXX  insulte copieusement la communauté pulaar sans autre forme de procès. Dans un propos où la vulgarité dispute le haut du pavé aux mensonges les plus éhontés, l’homme tient les haalpulaar pour responsables de tous les malheurs du pays ».

La saignée dans son camp et le rétrécissement du cercle de ses soutiens expliquent-ils cette folie destructrice? L’ambiance de pré-campagne électorale justifie-t-elle sa nervosité? Ce poste de député qu’il convoite lui donne-t-il le droit de marcher sur les morts? A l’évidence, non. Sa stratégie porte un nom : le cynisme politique.

S’il persistait dans le cynisme, ses soutiens inconditionnels pourraient se limiter au périmètre de sa famille et la nature ayant « horreur du vide » lui préférera probablement un autre chef politiquement correct, dans les standards attendus d’un leader d’opinion qui ne navigue pas à vue au gré d’intérêts à court terme, respectueux de l’éthique et capable de mener à bon port le combat juste qu’il déclare porter.

D’autres déclarations similaires sont postées à profusion sur WhatsApp par des individus qui ne se réclament d’aucune organisation. Il est attendu de la classe politique, des condamnations fermes et des autorités l’application de la loi.

Pour mémoire https://www.senenews.com/actualites/societe/mauritanie-un-genocide-qui-ne-dit-pas-son-nom-par-cire-ba-et-boubacar-diagana_226712.html

Ciré Ba – Paris, le 8 juillet 2018

Partagez notre page

Auteur : Flammauritanie

Forces de libération africaines de Mauritanie Les F.L.A.M. sont une organisation à caractère plurinational, non ethnique et non raciale qui lutte pour l’avènement d’une société égalitaire et démocratique. Elles sont une Organisation politique pacifique , ouverte, qui privilégie le dialogue et la concertation, mais se résérve le droit de recourir à la lutte armée si elle y était contrainte. Toutefois, la violence physique n’est ni le but ni le credo de l’organisation. Les F.L.A.M. ont pour objectifs, entre autres, le recouvrement par tous les Mauritaniens et singulièrement les Négro-mauritaniens, de leur dignité par l’élimination de la discrimination raciale érigée en système de gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *