Évènements Mauritanie-Sénégal: Nous sommes restés debout (Salimata Lam)

 

 

 

 

 

Tout le mois de mai Kirinapost donne la parole à des ressortissants sénégalais et mauritaniens impliqués ou habitant la région frontalière entre les deux pays, histoire de replonger dans un des épisodes les plus sombres des relations entre les deux peuples. Salimata Lam est une mauritanienne. Elle est coordinatrice de programmes à SOS-Esclaves depuis 2010. Héroïne discrète et engagée, Salimata se bat au quotidien en faveur des droits humains. En 1989, la fonctionnaire qu’elle était a vécu dans sa chair les troubles entre la Mauritanie et le Sénégal puisqu’elle a été déportée vers le Sénégal avec son époux, brusquement coupée de sa fille d’un an, en sevrage chez ses parents… Continuer la lecture de « Évènements Mauritanie-Sénégal: Nous sommes restés debout (Salimata Lam) »

Partagez notre page

Quand la Mauritanie expulsait ses ressortissants noirs

 

 

 

 

 

 

En 1989, des dizaines de milliers de Négro-Mauritaniens ont été expulsés vers le Sénégal et le Mali, suite à un incident entre Peulhs et Soninkés. Trente ans plus tard, Aldiouma Cissokho et d’autres continuent de réclamer leur droit à rentrer chez eux.

Cette semaine nous allons feuilleter une page d’histoire d’Afrique de l’ouest assez méconnue. Une histoire très contemporaine, pourtant, puisqu’elle nous ramène seulement trente ans en arrière.

Continuer la lecture de « Quand la Mauritanie expulsait ses ressortissants noirs »

Partagez notre page

Les réseaux troubles du pouvoir mauritanien au Nord Mali

 

 

 

 

 

 

 

Grace à une opération antiterroriste en 2019, les forces françaises de l’opération Barkane en savent plus sur le rôle trouble du président mauritanien Aziz dans la libération des otages suédois et sud-africain deux ans auparavant.

En juillet 2017, de nombreux observateurs de la région, furent intrigués par la manière dont les otages suédois et sud-africain, Johan Gustafsson et Stephen McGown, capturés en novembre 2011 à Tombouctou, furent libérés, sans cérémonie officielle ni couverture de presse. Or après le raid réussi de Barkane en février 2019 au nord de Tombouctou, on en sait beaucoup plus sur cette l’énigme poséepar la libération trop discrète des otages.

Continuer la lecture de « Les réseaux troubles du pouvoir mauritanien au Nord Mali »

Partagez notre page

Bababé : Les femmes de Seno Boussobe arrêtées  pour avoir refoulé un troupeau de chameaux qui a dévasté leurs champs

 

 

 

 

 

Depuis mercredi 1er Mai 2019, un groupe de femmes issues de la coopérative féminine de Seno Boussobé à une quinzaine de Kilomètres de Bababé sont arrêtées par les éléments de la Brigade de gendarmerie de Bababé, la capitale du Lao.

La cause, le refoulement par ces femmes d’un troupeau de chameaux qui a dévasté les champs de culture appartenant aux paysannes de Seno. Lesquelles ont procédé à l’arrestation du troupeau de chameau qu’elles ont parqué à la fourrière villageoise.

Continuer la lecture de « Bababé : Les femmes de Seno Boussobe arrêtées  pour avoir refoulé un troupeau de chameaux qui a dévasté leurs champs »

Partagez notre page

Déportations de 1989 en Mauritanie: «Pas de pardon sans coupable»

 

 

 

 

 

En Mauritanie, voilà trente ans que quelque 70000 hommes, femmes et enfants ont été expulsés de leur propre pays par le régime du colonel  Ould Taya. Depuis cette date, quelque 25000 sont rentrés avec l’aide du HCR mais sans récupérer tout ce qu’ils avaient perdu, loin de là. Et les autres sont toujours au Sénégal et au Mali. Ibrahima Aly Dia est l’un de ces déportés. Il est membre des Forces de libération africaine de Mauritanie (Flam) et témoigne.

Continuer la lecture de « Déportations de 1989 en Mauritanie: «Pas de pardon sans coupable» »

Partagez notre page

Témoignages sur les déportations de Noirs mauritaniens de 1989 : le cas du Tagant

 

 

 

 

 

 

La déportation est l’action  d’obliger quelqu’un, le plus souvent un groupe de  personnes, de quitter son  habitat, son territoire  ou son pays.

Dans le droit français, la déportation occupe la troisième place après la  peine de mort et  les travaux forcés à perpétuité pour sanctionner ceux qui ont commis des crimes  contre la sûreté de l’état ; dan…s certains cas, la déportation a pour objectif  la destruction physique  notamment  dans le génocide des Arméniens, des Juifs et des Tsiganes.

C’est cette destruction physique que visaient les déportations en Mauritanie dont les victimes ne sont coupables d’aucun crimes ; sinon d’être nés noirs et de vouloir le rester.

Continuer la lecture de « Témoignages sur les déportations de Noirs mauritaniens de 1989 : le cas du Tagant »

Partagez notre page

Mauritanie : Avril 1989, les chiffres de la déportation

 

 

 

 

 

 

 

Après les massacres d’avril dernier, la Mauritanie déporte maintenant en secret ses agriculteurs noirs et s’empare de leurs terres. Une razzia moderne «justifiée» a priori par les expertises des économistes de la Banque mondiale…

Le vent de sable n’était autrefois ici que l’exception. Il souffle maintenant presque en continuité. Isolant parfois Nouakchott dans un brouillard doré de particules de silices qui obligent même en plein jour à rouler phares allumés. C’est le vent de la désertification, conséquence des années de sécheresse que vient de connaître, avec l’Afrique du Sahel, la Mauritanie. Mais, si les silhouettes des Négro-africains se courbent, rasant les murs de ce Nouakchott – champignon. Passé de quinze mille à Plus de cinq cent mille habitants en vingt-cinq ans, c’est moins pour éviter les poignards des particules de désert cinglant les visages que par crainte de nouvelles vengeances…

Continuer la lecture de « Mauritanie : Avril 1989, les chiffres de la déportation »

Partagez notre page

Mauritanie: les victimes des affrontements de 1989 se battent contre l’oubli

 

 

 

 

 

 

En Mauritanie, il y a trente ans, des affrontements à la frontière avec le Sénégal avaient fait des centaines de morts, et avaient conduit à la déportation de dizaines de milliers de négro-mauritaniens. Aujourd’hui, beaucoup ont été rapatriés au pays et parfois indemnisés. Le gouvernement considère d’ailleurs depuis sept ans que l’affaire est close, mais les anciennes victimes veulent attirer l’attention sur le cas des déportés restant.

Continuer la lecture de « Mauritanie: les victimes des affrontements de 1989 se battent contre l’oubli »

Partagez notre page

Trentième anniversaire des déportations des Noirs mauritaniens: des images datant de mai 1989 et des témoignages

 

 

 

 

 

Samedi 27 avril 2019 à Paris, à partir de 14heures devant l’ambassade de Mauritanie, sous l’égide du Comité Inal, nous commémorons le trentième anniversaire de la déportation de plus de 100 000 noirs Mauritaniens au Sénégal et au Mali. Témoignages et retour en images sur ce jalon du génocide nié.

Continuer la lecture de « Trentième anniversaire des déportations des Noirs mauritaniens: des images datant de mai 1989 et des témoignages »

Partagez notre page

L’Apartheid est-il maure?

 

 

 

 

 

 

 

 

Ne  pouvant satisfaire les nombreuses demandes d’achat du numéro 206 {juin 1988} dont la cover était  consacrée à l’article «L’apartheid est-il maure » de Stephen Smith – ce numéro étant épuisé – nous publions les principaux passages  de ce reportage. Les lecteurs pourront ainsi juger s’il s’agit d’un exemple de «colportage de rumeurs et de calomnies contre la Mauritanie», ainsi que vient de l’affirmer M. Mohamed Ould Hâv,  directeur des relations extérieures du Ministère de l’Information à Nouakchott.

Continuer la lecture de « L’Apartheid est-il maure? »

Partagez notre page

Mauritanie: un découpage administratif et territorial arbitraire et injuste

 

 

 

 

 

 

 

 

Citons quelques cas significatifs à titre d’exemple :

L’Adrar : 62 658 habitants, 4 préfectures, 5 députés, 4 sénateurs (9 parlementaires)

Le Guidimakha : 267 029 habitants, 2 préfectures, 6 députés, 2 sénateurs (8 parlementaires)

Le Tiris Zemmour : 53.261 habitants ,3 préfectures, 4 députés, 3 sénateurs (7 parlementaires)

Continuer la lecture de « Mauritanie: un découpage administratif et territorial arbitraire et injuste »

Partagez notre page

Un candidat de l’opposition pas comme les autres

 

 

 

 

 

 

Sidi Mohamed Ould Boubacar n’est pas un candidat comme les autres. Pour une raison simple. Il a été un très proche collaborateur de Moawiyya Ould Sid’Ahmed Taya dont le régime s’est rendu coupable de pratiques d’extermination voire, pour certains, de génocide. Plutôt que de se présenter à des élections, il devrait rendre des comptes. Pour cela, il devrait répondre à des questions simples:

Continuer la lecture de « Un candidat de l’opposition pas comme les autres »

Partagez notre page

Conférence sur le thème: Les violences faites aux Peuls

 

 

 

 

Des massacres de 1989 en Mauritanie à celui du 23 mars 2019 au Mali, Les communautés Peuls sont la cible privilégiée d’un racisme persistant. Comment faire cesser ces drames ?

Le groupe de proximité Attac 92 de Courbevoie, Neuilly, la Garenne Colombes organise une conférence sur le thème: Les violences faites aux Peuls.

Continuer la lecture de « Conférence sur le thème: Les violences faites aux Peuls »

Partagez notre page

Conflit sénégalo-mauritanien, 30 ans après : « On n’en parle pas, mais il y a bien eu génocide en Mauritanie », dit Aldiouma Cissokho

Pour la commémoration de la trentième année de l’événement sénégalo-mauritanien, la coordination des réfugiés mauritaniens au Sénégal a fait face à la presse, ce mardi 9 avril, au siège de la Rencontre africaine des droits de l’homme (Radho).

Aldiouma Cissokho et ses camarades sont revenus sur les atrocités qu’ils ont vécues il y a 30 ans: « L’Etat de la Mauritanie a voulu profiter d’un événement mineur pour se débarrasser des négro-africains mauritaniens, les noirs n’étant pas considérés comme citoyens de la Mauritanie. »

Continuer la lecture de « Conflit sénégalo-mauritanien, 30 ans après : « On n’en parle pas, mais il y a bien eu génocide en Mauritanie », dit Aldiouma Cissokho »

Partagez notre page

Appel à manifester le samedi 27 avril 2019 à PARIS

 

 

 

 

 

 

 

Le 24 avril 1989, débute la déportation de plus de 100 000 Mauritaniens noirs au Sénégal et au Mali. Ces déportations furent planifiées, décidées et exécutées par le régime du colonel Maawiya Ould Sid’Ahmed Taya, son armée, sa police, des idéologues de la mouvance panarabiste et des civils embrigadés.

Continuer la lecture de « Appel à manifester le samedi 27 avril 2019 à PARIS »

Partagez notre page

Les Flam: du manifeste du négro mauritanien opprimé à la prison mouroir de Walata [Vidéo]

Le 4 septembre 1986 a débuté une série d’arrestations d’intellectuels et de cadres Noirs mauritaniens qui avaient publié en avril de la même année un document intitulé «Le Manifeste du Négro mauritanien opprimé. De la guerre civile à la lutte de libération nationale».

Un document dans lequel, ils dénonçaient la politique de la discrimination raciale et culturelle en faveur de l’arabisation, la politique d’exclusion ethnique dont leur Communauté noire (Bambara, Fulbe, Sooninko et Wolof) fait l’objet depuis l’indépendance de la Mauritanie en 1960.

Continuer la lecture de « Les Flam: du manifeste du négro mauritanien opprimé à la prison mouroir de Walata [Vidéo] »

Partagez notre page

Déclaration de Monsieur Mamadou Sidy BA, Président des Forces de Libération Africaines de Mauritanie (Flam)

 

 

 

 

 

 

Une coalition de formations politiques et de personnalités, baptisée « Vivre ensemble », vient de désigner un candidat émanant de la communauté négro-africaine à l’élection présidentielle. Si ce dernier aura vocation à « représenter » cette communauté, la dénomination du Collectif qui l’a choisi traduit  une volonté fédératrice et une perspective  nationale.

Les FLAM saluent la démarche adoptée et souhaitent bonne chance au candidat Kane Hamidou Baba dès lors que les options qu’il défendra à l’occasion du prochain scrutin seront conformes aux principes qui fondent notre engagement et notre action politiques.

Continuer la lecture de « Déclaration de Monsieur Mamadou Sidy BA, Président des Forces de Libération Africaines de Mauritanie (Flam) »

Partagez notre page

Le Manifeste du Négro mauritanien opprimé des Flam, un document toujours d’actualité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

«Le Manifeste du Négro mauritanien opprimé. Février 1966-avril 1986. De la guerre civile à la lutte de libération nationale», avril 1986. Un document de référence très complet et multithématique dans lequel, nous, Forces de Libération Africaine de Mauritanie, dénoncions en avril 1986, la politique de la discrimination raciale et culturelle en faveur de l’arabisation, la politique d’exclusion ethnique dont la Communauté noire (Bambara, Fulbe, Sooninko et Wolof) fait l’objet depuis l’indépendance de la Mauritanie en 1960.
33 ans après sa publication, ce document est toujours d’actualité.

Lire le Manifeste

Partagez notre page

Il y a 30 ans jour pour jour, la militante noire sud-africaine Dulcie September était assassinée à Paris

 

 

 

 

 

 

Elle était la représentante en France de l’ANC (Congrès national africain), le mouvement de Nelson Mandela. En exil, elle tentait de sensibiliser l’opinion publique aux crimes du régime d’apartheid sud-africain. A ce jour, on ne sait toujours pas qui est derrière son meurtre.

Le 29 mars 1988, peu avant 10 heures, Dulcie September est assassinée devant les bureaux de l’ANC à Paris. Cinq balles tirées à bout portant d’un calibre 22 équipé d’un silencieux. L’enquête n’a jamais abouti, les coupables n’ayant pas été identifiés.

Continuer la lecture de « Il y a 30 ans jour pour jour, la militante noire sud-africaine Dulcie September était assassinée à Paris »

Partagez notre page

Énigme

 

 

 

 

 

Un post lu ce matin m’est apparu un peu énigmatique. Loin de moi toute idée de polémique. Et ce d’autant plus que l’auteur du post est une personne estimable et que, pour ma part, je ne suis pas partie prenante.
« L’histoire retiendra qu’en avril 1986, les FPC ex flam ont publié le Manifeste du Négro-mauritanien opprimé » peut-on noter. Le propos est a priori surprenant Pour une raison simple. C’est qu’en 1986, les FPC n’existaient tout simplement pas. Pas plus le sigle que le parti politique qu’il identifie désormais. Du moins à ma connaissance.

Continuer la lecture de « Énigme »

Partagez notre page