Monsieur Ibrahima WELE chargé de communication des Flam, invité d’AFRICA 24

 

Monsieur Ibrahima WELE, chargé de communication des Flam était l’invité de l’émission POLITITIA, sur AFRICA 24. Une émission politique dont le numéro du vendredi 15 mars 2019 était consacré au thème suivant : Mauritanie : LA MAURITANIE ENTRE CONTINUITÉ ET ALTERNANCE Source: Africa24

Partagez notre page

Témoignages de Idrissa BA sur les conditions de détention à Oualata

Idrissa BA dit Pathé, est membre et cofondateur des Forces de libération africaines de Mauritanie (FLAM), aujourd’hui exilé aux USA, il a activement participé à l’édition du «Manifeste du Négro mauritanien opprimé. De la guerre civile à la lutte de libération nationale» publié par les Flam en avril 1986. Un document dans lequel les auteurs dénonçaient la politique de la discrimination raciale et culturelle (notamment par l’arabisation à outrance), la politique d’exclusion ethnique dont la Communauté noire mauritanienne fait l’objet depuis l’indépendance de la Mauritanie en 1960. Arrêté en septembre 1986, dans le cadre de la campagne de répression et d’élimination physique de la classe politique noire mauritanienne, suite à la publication du manifeste, Idrissa BA fut incarcéré à la prison civile de Nouakchott avant d’être déporté à la prison mouroir de Oualata (comme tous ses camarades civils et militaires). A Oualata, il assista impuissant à la mort de Alassane Oumar BA, le 26 août 1988, de Ten Youssouf GUEYE, le 2 septembre 1988 (à Néma où il a été évacué dans un état comateux), de Abdoul Khoudouss BA, le 13 septembre 1988, et de Tafsirou DJIGO, le 28 septembre 1988.

Partagez notre page

30ème anniversaire de la mort en détention de nos martyrs de Oualata

 

 

 

 

 

 

 

A l’occasion du 30ème  anniversaire de la mort en détention du Maréchal de Logis chef de la Gendarmerie Alasane Oumar BA, de l’écrivain Ten Youssouf Gueye, du lieutenant Abdoul Qudus BA et de Tapsiru Djio , membre et cofondateur des flam, Flam-mauritanie.org rend hommage aux martyrs de notre lutte nationale tombés à Oualata, en publiant un dossier spécial consacré à ce triste anniversaire.

Notre dossier

Partagez notre page

Mamoudou Samboly Ba : mythe et mérite

 

 

 

 

 

 

 

Le  grand fondateur s’en est allé le 4 janvier 2012. Longtemps opposant, il fera partie de l’équipe des fondateurs puis sera une victime collatérale des événements de 1966, avant de se retirer de la vie politique. Nous avons eu le privilège de le côtoyer, de travailler avec lui en coulisse et de recueillir ses confidences pour nos recherches et  sa biographie.

Continuer la lecture de « Mamoudou Samboly Ba : mythe et mérite »

Partagez notre page

L’enfer d’Inal, l’horreur des camps : le témoignage de Mahamadou SY

En quelques années, la Mauritanie aura tout connu : mise en place d’une dictature, tortures, déportations, épuration ethnique… C’est dans ce contexte dramatique que se situe cet épisode sanglant que nous raconte Mahamadou Sy. Survivant des camps de la mort, il nous livre un témoignage bouleversant sur les horreurs qui s’y sont déroulées. Avec une incroyable précision, il nous plonge dans un univers surréaliste que l’on a mal à imaginer de nos jours.

Extrait de Black Memories d’Ousmane Diagana

Partagez notre page

Mauritanie : Avril 1989, les chiffres de la déportation

 

 

 

 

 

 

 

 

Après les massacres d’avril dernier, la Mauritanie déporte maintenant en secret ses agriculteurs noirs et s’empare de leurs terres . Une razzia moderne «justifiée» a priori par les expertises des économistes de la Banque mondiale…

Continuer la lecture de « Mauritanie : Avril 1989, les chiffres de la déportation »

Partagez notre page

En Mauritanie, avec les réfugiés des « camps de la honte » par Irabiha Abdel Wedoud

Yahya Béchir et sa famille, au camp de réfugiés de Boynguel Thilé (Irabiha Abdel Wedoud).

Déportés en 1989, des nomades peuls de retour depuis mars survivent dans des conditions extrêmes dans le camp d’accueil des réfugiés à Boynguel Thilé, à 37 kilomètres au nord d’Aleg, dans le Brakna, à la frontière du Sénégal. Dès l’entrée de cet enfer où survivent 105 familles (385 personnes), Yahya Béchir témoigne :

Continuer la lecture de « En Mauritanie, avec les réfugiés des « camps de la honte » par Irabiha Abdel Wedoud »

Partagez notre page

La place des wolofs et des des Sereers dans la formation du peuple Fuutanké par le Professeur Omar KANE

Les anthroponymes d’origine wolof sont extrêment nombreux. La plupart d’entre eux se retrouvent dans les groupe socio professionnels des subalbé ou pêcheurs et des sébbé ou guerriers. Les subalbé en majorité se nomment Gaye , Faal , Diop , Mbodj , Guéye , Diack , Dieye , Niang , Wadd alors que les noms d’origine soninke (Konté , Bathily, Sumaaré) et peul (Bah, Soh, Sall , Thiam) sont très rares. Les anthroponymes sereer ( Saar, Ndiaye , Ngom, Thioubou , Diouf, Tine) sont majoritairement les subalbé. Au demeurant, ce sont les Saar qui fournissent toujours les doyens des subalbé. Les titres portés par leurs dignitaires sont Diaaltaabé, Teigne ,Dumel, Diagodin.
La majorité des groupes des sébbé est d’origine wolof, en particulier ceux de Nguenaar : Niang, Faal, Diop, Diack, Ndiaye, Dieng. La plupart des grands farba du Fuuta (Farmbaal, FarbaWaalaldé, Farba Erem, Farba Ndioum, etc..) sont des Wolof d’origine.

Continuer la lecture de « La place des wolofs et des des Sereers dans la formation du peuple Fuutanké par le Professeur Omar KANE »

Partagez notre page

Tidiane HANE éternellement vôtre !!!

 

Tidiane Elimane Sambarka Elimane Mamadou Ahmadou Racine Mouktar a vu le jour en 1955 à Saré Gamadi Tés tôt, il découvrira le Secret Majestueux du Coran. Homme intelligent, ses études furent couronnées de succès. Après son obtention de l’entrée en sixième et du CPE, il quitta la terre de ses aïeules, à l’époque le Fouta d’alors comptait peu sinon rarement de collèges et de lycées.

Continuer la lecture de « Tidiane HANE éternellement vôtre !!! »

Partagez notre page

L’Apartheid est-il maure ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ne  pouvant satisfaire les nombreuses demandes d’achat du numéro 206 {juin 1988} dont la cover était  consacrée à l’article «L’apartheid est-il maure » de Stephen Smith – ce numéro étant épuisé – nous publions les principaux passages  de ce reportage. Les lecteurs pourront ainsi juger s’ il s’agit d’un exemple de «colportage de rumeurs et de calomnies contre la Mauritanie», ainsi que vient de l’affirmer M. Mohamed Ould Hâv,  directeur des relations extérieures du Ministère de l’Information à Nouakchott.

Continuer la lecture de « L’Apartheid est-il maure ? »

Partagez notre page