C’est Mandela qu’on profane

 

 

 

 

 

 

« L’institut Mandela » vient d’attribuer le « Prix Mandela » au président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz. Cette récompense ne laisse pas de surprendre compte tenu du parcours politique du récipiendaire et surtout de la nature du régime qu’il préside. Associer le nom de Nelson Mandela au dirigeant, de surcroît putschiste, d’un système fondé sur la discrimination et l’exclusion raciales de ses citoyens noirs est pour le moins paradoxal, voire pervers. Il semble que « l’Institut »  soit coutumier de distinctions aberrantes et à contre-courant.

Continuer la lecture de « C’est Mandela qu’on profane »

Partagez notre page

Enquête sur le mystérieux « Institut Mandela », qui honore le Burundais Pierre Nkurunziza

 

 

 

 

 

Le 19 mars, dans un hôtel parisien cossu, se tenait la seconde cérémonie de remise des « Prix Mandela ». Des récompenses honorifiques décernées par l’Institut éponyme, un think-tank qui revendique la promotion des valeurs de l’ancien président sud-africain… mais dont la crédibilité, remise en cause par plusieurs de ses « partenaires », ne laisse pas d’interroger.

Continuer la lecture de « Enquête sur le mystérieux « Institut Mandela », qui honore le Burundais Pierre Nkurunziza »

Partagez notre page

Mauritanie : Entre le racisme anti-Noirs et l’esclavage

 

 

 

 

 

 

L’histoire de la Mauritanie est marquée par le racisme et le chauvinisme des Arabes bîdhânes, et par l’esclavage des Noirs qui y est encore pratiqué.

La Mauritanie est un pays biracial et multiethnique composée de :

* Les Bamana, les Fulɓe, les Sooninko et les Wolof, populations que l’on retrouve aussi dans les autres pays de l’Afrique de l’ouest et du Centre

* Les Arabes Bîdhân (terme arabe, l’bial, signifiant « Blancs » et par lequel se désignent eux-mêmes, les leucodermes, de Culture arabo-berbère en Mauritanie, par opposition aux « Noirs » désignés sous les vocables racistes de « Soudân » ou « Kwar » dérivé de « kafr »).

* Les H’râtîn (descendants d’esclaves Noirs) et les Abîd (esclaves Noirs) qui sont assimilés culturellement par leurs propriétaires arabo-berbères.

Continuer la lecture de « Mauritanie : Entre le racisme anti-Noirs et l’esclavage »

Partagez notre page

Diallo Daouda Samba : les Peuls se font massacrer au Mali… parce qu’ils sont Peuls

 

 

 

 

 

 

En sa qualité de vice-président de Tabital Pulaagu International, Diallo Daouda Samba nous a accordé une interview exclusive un an jour pour jour après la tenue des Journées Internationales de la Vache (18 -20 décembre 2017) à Nouakchott dont il était le président du comité de pilotage.

Ce haut cadre de l’administration publique mauritanienne qui a gravi tous les échelons de l’administration est aussi à l’aise dans les lieux de prises de décisions à Nouakchott qu’avec les éleveurs des différents hameaux qui constituent son village natal Maghama.

Continuer la lecture de « Diallo Daouda Samba : les Peuls se font massacrer au Mali… parce qu’ils sont Peuls »

Partagez notre page

Naissance de l’apartheid mauritanien : les arguties d’un extrémiste beydane

 

 

 

 

 

 

Après avoir chassé le colon français, les Maures sont devenus rapidement  les maîtres de la Mauritanie !

Depuis l’indépendance et même bien avant, la question de l’unité nationale était toujours posée à l’administrateur qu’ il soit colonial ou national … C’était l’époque où les négro-mauritaniens ( poulars , Soninkés et Wolofs ) , étaient les seuls maitres de l’ administrations à tous les niveaux , parce que rares étaient les maures qui acceptaient d’ envoyer leurs enfants à l’ école coloniale ! C’est le prix qu’ils ont payé pour la résistance culturelle vis-à-vis de l’occupant  français ! C’est parce qu’aussi la période postcoloniale a connu une administration sénégalaise venue de Saint-Louis qui était la capitale de la Mauritanie pendant la période coloniale !

Continuer la lecture de « Naissance de l’apartheid mauritanien : les arguties d’un extrémiste beydane »

Partagez notre page

Kofi Annan, un sage raconté par ses proches

 

 

 

 

 

 

L’ancien secrétaire général des Nations unies de 1997 à 2006 s’est éteint le week-end dernier. Paris Match a recueilli les souvenirs de son entourage.

«Il est parti en paix, avec un petit sourire sur le visage.» Lundi dernier, Nane Annan est à la fondation de son mari, Kofi Annan, décédé deux jours plus tôt. Elle a passé le week-end entourée d’amis et de membres de la famille, mais elle veut dire un mot à tous ceux qui, jusqu’à la fin, ont œuvré à ses côtés. Chacun raconte un souvenir. Un participant plaisante : «On parlait tout bas, pour respecter la dignité du boss.»

 

Continuer la lecture de « Kofi Annan, un sage raconté par ses proches »

Partagez notre page

Mauritanie : être esclave de mère en fille

 

 

 

 

 

 

Malgré son interdiction, l’esclavage demeure une pratique encore courante en Mauritanie. Les dirigeants ont peu de raisons de vouloir changer ce système issu des divisions raciales. Témoignages.

“J’ai été frappée, torturée, humiliée.J’étais toujours la première levée et la dernière couchée”, raconte Habi Mutraba en éclatant en sanglots. Comme600 000 de ses compatriotes, cette Mauritanienne a été esclave dès sanaissance. Sa mère ayant été mise enceinte par son “maître”, Habi a été donnéeà un parent de celui-ci.

Continuer la lecture de « Mauritanie : être esclave de mère en fille »

Partagez notre page

Alioune DIOP, fondateur de Présence Africaine», par Amadou Bal BA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alioune DIOP, fondateur de Présence africaine en 1947, est à la base du Colloque en 1956 des intellectuels à la Sorbonne et du Festival Mondial des Arts Nègres en 1966, à Dakar. Sa contribution à l’éveil de la conscience des peuples africains, à la Négritude et au Panafricanisme est déterminante. Présence africaine célébrera ses 70 ans, en grande pompe, en novembre 2019.

Continuer la lecture de « Alioune DIOP, fondateur de Présence Africaine», par Amadou Bal BA »

Partagez notre page

Mauritanie: Dispersion par la Police de la marche des veuves

 

 

 

 

 

 

Une marche du collectif des veuves, orphelins et autres ayants des droits des militaires noirs victimes d’exécutions extrajudiciaires perpétrées en Mauritanie entre septembre 1990 et février 1991, en direction de la représentation des Nations Unies à Nouakchott, a été stoppée, mercredi, par la police, tout près de la mairie de Tevragh-Zeina, a-t-on constaté.

Continuer la lecture de « Mauritanie: Dispersion par la Police de la marche des veuves »

Partagez notre page

Les mauritaniens ont manifesté devant leur ambassade à Paris ce dimanche 25 novembre pour réclamer justice pour les victimes d’ Inal

 

 

 

 

 

 

 » Le 27 au soir quelqu’un est venu, il a commencé à numéroter les soldats de 1 à 28. Et ces 1 à 28 personnes ont été choisies arbitrairement et tout à fait par hasard et à partir de minuit, elles ont été pendues dans l’ordre de leur numéro jusqu’au 28ème. » Témoigne Sy Mamadou, Ancien officier de l’armée mauritanienne et rescapé d’ Inal.

Continuer la lecture de « Les mauritaniens ont manifesté devant leur ambassade à Paris ce dimanche 25 novembre pour réclamer justice pour les victimes d’ Inal »

Partagez notre page

Recalés, parce qu’ils sont noirs !

 

 

 

 

 

 

 

2016 : les jeunes footballeurs de l’École Nessiba 1 (un établissement scolaire de la périphérie du 6ème arrondissement de Nouakchott) sont privés d’un voyage mérité au Qatar. Parce que tous noirs, l’état raciste mauritanien  a jugé qu’ils ne pouvaient pas représenter la Mauritanie dans un tournoi de football destiné aux écoliers du monde « arabe ».

Continuer la lecture de « Recalés, parce qu’ils sont noirs ! »

Partagez notre page

Journée-hommage à nos Martyrs de Jreida à Etampes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Forces de Libération Africaines de Mauritanie (FLAM) et l’Association des Ressortissants Mauritaniens d’Etampes et Environs (ARMEE) organisent une journée commémorative dédiée à la mémoire des Martyrs Sy Saïdou, Bâ Seydi et Sarr Amadou exécutés le 6 décembre 1987 à Jreida et à celle de tous ceux qui ont été massacrés pendant ces années de braise (1987 -1991) à Walata, Azlat, Inal, Jreïda, Aleg et partout ailleurs en Mauritanie par le système raciste arabo-berbère mauritanien.

Cette journée aura lieu Le SAMEDI 8 DECEMBRE 2018 à la Maison de quartier de Guinette « Jean Carmet », 1 rue des Noyers Patins 91150 Etampes.  RER C direction St-Martin d’Etampes descendre à Etampes ensuite prendre Bus 01 descendre arrêt « les Cottages.

Le programme de la journée

Partagez notre page

Le Maroc a décrété un deuil national le jour de l’indépendance de la Mauritanie

 

 

 

 

 

 

 

Le 28 novembre 1960, les drapeaux marocains sont en berne et tous les commerces sont fermés. Pourtant, aucun personnage d’ampleur n’est décédé. Le royaume pleure à cette occasion la perte d’un territoire qu’il considérait jusqu’alors comme le sien. En effet, la Mauritanie, que l’idéologie du « Grand Maroc » prônée par Allal El Fassi intégrait comme une région « historiquement liée au trône par serment d’allégeance », est reconnue par les Nations Unies. Malgré la vive opposition du Maroc et ses alliés de la Ligue Arabe, la République Islamique de Mauritanie est solennellement reconnue comme un nouvel Etat indépendant.

Continuer la lecture de « Le Maroc a décrété un deuil national le jour de l’indépendance de la Mauritanie »

Partagez notre page

Il y a 28 ans, Inal. Tous au Trocadéro le dimanche 25 novembre à 14h pour une marche de la mémoire

 

 

 

 

 

 

Les Forces de Libération Africaines de Mauritanie (FLAM) appellent à manifester le dimanche 25 novembre 2018 à 14h00 au Trocadéro aux côtés du  « Comité Inal ». Commémorons la mémoire des 28 soldats Négro-Mauritaniens pendus à Inal, le 28 novembre 1990 et saluons celle de tous les martyrs des années sombres (1987-1991).

Continuer la lecture de « Il y a 28 ans, Inal. Tous au Trocadéro le dimanche 25 novembre à 14h pour une marche de la mémoire »

Partagez notre page

Mauritanie: la ségrégation raciale au sein de l’armée, l’analyse des Flam

 

 

 

 

 

 

Nous parlons de l’armée pour deux raisons. Dans le présent, elle détient le pouvoir. Dans l’avenir, elle jouera un rôle déterminant pour l’issue du conflit racial.

La guerre du Sahara a contribué à lui donner la place qu’elle occupe actuellement. Le coup d’Etat du 10 juillet 1978, en la propulsant sur le devant de la scène politique du pays, a fait d’elle la première force politique avec laquelle il faut désormais composer. Évidemment, il ne faudrait pas entendre « force politique » dans le sens classique du terme, avec une organisation cohérente, avec un programme économique, une idéologie auxquels se réfèrent ses membres.

Continuer la lecture de « Mauritanie: la ségrégation raciale au sein de l’armée, l’analyse des Flam »

Partagez notre page

Les négationnistes, partisans du panarabisme hégémonique sont de retour

 

 

 

 

 

 

 

Ils sont de plus en plus en nombreux à afficher ouvertement leur manque d’humanité et de compassion pour leurs compatriotes noirs pendus le 28 novembre 1990 à Inal. Ils nient plus largement l’exclusion. Dans une page facebook en arabe, les mêmes ou presque prétendent que le génocide d’une partie de la composante noire est justifié « les noirs sont les premiers à agresser la communauté arabe et ce, depuis la création politique de la Mauritanie ». Faux bien sûr.

Continuer la lecture de « Les négationnistes, partisans du panarabisme hégémonique sont de retour »

Partagez notre page

La Mauritanie exclue de l’Agoa pour pratique d’esclavage

 

 

 

 

 

 

Donald Trump a informé le Congrès et le gouvernement de la Mauritanie qu’il mettait fin à l’admissibilité de leur pays aux avantages en matière de préférence commerciale en vertu de la Loi sur la croissance et les perspectives économiques en Afrique (Agoa), à compter du 1er janvier 2019.

Le décret signé par le président américain met en cause les pratiques de travail forcé et l’esclavage moderne, selon un décret présidentiel publié par le Bureau américain en charge du commerce que VOA Afrique a vu.

Continuer la lecture de « La Mauritanie exclue de l’Agoa pour pratique d’esclavage »

Partagez notre page

Comme les temps changent! par Tijane BAL

 

 

 

 

 

 

 

 

Il fut un temps où un mouvement politique, plutôt marxisant, soutenait, sans la rejeter, que la lutte contre le racisme, devait émarger au registre des « contradictions secondaires », la priorité devant être la « lutte contre l’impérialisme » et ses relais internes: les « fantoches » et autres  » compradores ». (mot portugais désignant des relais commerciaux d’intérêts étrangers). Mots d’un autre âge sur lesquels néanmoins il faut se garder de porter un regard rétrospectif condescendant. Ils portent l’empreinte de leur époque.

Continuer la lecture de « Comme les temps changent! par Tijane BAL »

Partagez notre page

Les FLAM sont solidaires du Collectif des veuves et dénoncent les détentions politiques en Mauritanie

 

 

 

 

 

 

Les Forces de Libération Africaines de Mauritanie (FLAM) tiennent à exprimer leur solidarité sans faille avec l’initiative récente du Collectif regroupant des veuves de militaires, gendarmes, gardes nationaux, fonctionnaires des douanes négro-mauritaniens, victimes de répression raciste. Leur nouvelle démarche rejoint un ensemble d’actions menées depuis près de 3 décennies pour exiger des pouvoirs publics mauritaniens justice et réparation. Il s’agit également d’honorer la mémoire de nos compatriotes, victimes de déportations, d’emprisonnements, de tortures et, pour certains, d’assassinats sommaires à raison de leur combat pour la liberté, contre le racisme, les discriminations et au 1er chef les discriminations raciales.

Continuer la lecture de « Les FLAM sont solidaires du Collectif des veuves et dénoncent les détentions politiques en Mauritanie »

Partagez notre page

Mamadou Sidy BA, Président des Forces de Libération Africaines de Mauritanie (Flam) : Lettre à mes compatriotes

 

 

 

 

 

 

 

 

Chers compatriotes,

C’est, délibérément, que j’ai attendu la clôture de la séquence électorale avant d’initier, au nom des Forces de Libération Africaines de Mauritanie, la  démarche esquissée il y a quelques semaines. Il fallait, en effet, éviter que le message ne soit parasité par des interférences de caractère électoral. Les élections sont à présent derrière nous. Nous estimons, par respect pour eux, qu’il appartient à ceux qui y ont pris part d’en tirer les enseignements.

Continuer la lecture de « Mamadou Sidy BA, Président des Forces de Libération Africaines de Mauritanie (Flam) : Lettre à mes compatriotes »

Partagez notre page