Les habits du Président par Tijane BAL

 

 

 

 

 

 

 

On ne parle pas pour dire nécessairement quelque chose. On parle aussi pour faire de l’effet. Partant de ce principe, on peut affirmer aussi qu’on ne s’habille pas seulement pour être beau. Même un jour de fête! Le vêtement est aussi un message. C’est une enveloppe. Le rôle politique de l’habit en Afrique est une évidence.

Sekou Touré n’avait-il pas demandé au peuple de Conakry de recevoir de Gaulle en tenue africaine ? Ce « détail  » avait aidé à tordre le coup à la thèse suivant laquelle Mandjou aurait décidé son fameux non sur un coup de tête pendant son discours d’accueil. Plus près de nous, le président mauritanien réussit un sacré coup de com en s’habillant en caftan façon Macky Sall, IBK, Driss Déby, Mohamadou Issoufou. Preuve qu’il ne s’habille pas en « mode toucouleur ». Pour le natif de Kaedi, les caftans nouvelle coupe rappelleraient vaguement les Soninkés de « chez Pali Kaba  » comme on les appelait communément. Mais l’essentiel n’est pas là. Le fait même que la tenue du Président fasse l’événement et donne lieu à décryptages et interprétations politiques en termes de clin d’oeil prouve, s’il en était encore besoin, à quel point les communautés mauritaniennes sont cloisonnées et étanches les unes aux autres. Le fait reflète également la perception des rapports de domination dans le pays et leur intériorisation. Une femme haalpulaar revêt une melfa ? On crie, souvent à juste titre à l’assimilation , au mimétisme à la déculturation. Le président se drape dans un caftan? Il est suspecté de draguer la communauté negro-africaine ou une partie de celle -ci.
« Dans une manière de voir se projette une manière d’être » disait le philosophe.

Partagez notre page

Auteur : Flammauritanie

Forces de libération africaines de Mauritanie Les F.L.A.M. sont une organisation à caractère plurinational, non ethnique et non raciale qui lutte pour l’avènement d’une société égalitaire et démocratique. Elles sont une Organisation politique pacifique , ouverte, qui privilégie le dialogue et la concertation, mais se résérve le droit de recourir à la lutte armée si elle y était contrainte. Toutefois, la violence physique n’est ni le but ni le credo de l’organisation. Les F.L.A.M. ont pour objectifs, entre autres, le recouvrement par tous les Mauritaniens et singulièrement les Négro-mauritaniens, de leur dignité par l’élimination de la discrimination raciale érigée en système de gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *