Maroc : rapts d’enfants et de femmes à peau noire

 

 

 

 

 

 

« Au début du XXème siècle, le commerce et la traite transsaharienne s’achèvent sous pression du protectorat qui reconfigure les vois de commerce et interdit les marchés aux esclaves sans pour autant abolir réellement l’esclavage. Il s’ensuit une vague de rapts de femmes et d’enfants à peau noire, descendants d’esclaves ou haratins, pour continuer à satisfaire la demande des grandes familles. Il faudra attendre 1922 et une circulaire administrative confirmant la prohibition du commerce d’esclaves et garantissant leur affranchissement s’ils sollicitaient la liberté.

 

Il est important de souligner que l’institution de l’esclavage au Maroc n’a jamais été officiellement abolie. Elle a disparu lentement au cours de la moitié du XXème siècle sous la pression du protectorat, sans vague massive d’affranchissement ou de départ. Dans une dépendance extrême aux familles, les femmes qui avaient été esclaves, se fondaient dans la domesticité servile, en continuant à être appelées khdem (esclaves) et transmises d’une génération à l’autre »

 

Source : sous la direction de Michel Peraldi, « D’une Afrique à l’autre, migrations subsahariennes au Maroc »

 

Vente de jeunes enfants noirs au marché aux esclaves de Marrakech – 1902
Début des enchères pour cette femme noire
Osculation de l’état des abid au marché aux esclaves de Marrakech

es marchands du marché aux esclaves de Marrakech prient avant le début des ventes

 

Source des images du marché aux esclaves de Marrakech en 1902 : Mangin

 

Source:piankhy.com

Partagez notre page

Auteur : Flammauritanie

Forces de libération africaines de Mauritanie Les F.L.A.M. sont une organisation à caractère plurinational, non ethnique et non raciale qui lutte pour l’avènement d’une société égalitaire et démocratique. Elles sont une Organisation politique pacifique , ouverte, qui privilégie le dialogue et la concertation, mais se résérve le droit de recourir à la lutte armée si elle y était contrainte. Toutefois, la violence physique n’est ni le but ni le credo de l’organisation. Les F.L.A.M. ont pour objectifs, entre autres, le recouvrement par tous les Mauritaniens et singulièrement les Négro-mauritaniens, de leur dignité par l’élimination de la discrimination raciale érigée en système de gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *