Témoignage: Ndiaga Dieng m´a torturé à Djreida

Le général Diaga DIENG, un Tortionnaire en liberté

C´est avec une grande amertume et tristesse que j´ai appris la promotion de Ndiaga Dieng comme Général dans l´armée mauritanienne. En 1987 après notre arrestation suite aux évènements d´octobre 1987 et qui ont valu l´exécution de nos trois camarades Ba Seydi, Sy Saïdou et Sarr Amadou, j´ai été arrêté et interrogé par Ndiaga. Je peux témoigner devant Dieu et devant le tribunal que le capitaine Ndiaga Dieng est un tortionnaire.

Lui et le lieutenant viyida cdt de la base militaire de Djreida m´ont torturé et fait subir toutes les atrocités, tortures morales et physiques pendant ma détention. Ce calvaire a duré plus de 20 jours et je me souviens toujours . N´diaga Dieng est un criminel, un tortionnaire et un opportuniste de pire accabit sa place c´est la prison et non le commandement des hommes libres. Tôt ou tard il sera jugé et je ne suis pas la seule victime de ses oeuvres funestes. Lieutenant Kane Mamadou de Tekane peut aussi témoigner comme beaucoup d´autres compagnons de fortune à Djreida. Je ferais de tout mon possible pour qu´il soit jugé et traduit pour tortures et crime contre nos camarades executés le 6 decembre 1987.

Le Général Aziz peut l´élever mais nous n´oublierons jamais et nous refusons l´impunité. La promotion de ce nègre de service est une honte et une insulte pour notre communauté c´est comme pour dire que pour mériter la reconnaissance de nos gouvernants il faut trahir ses frères et soeurs, en un mot être un nègre de service, un collaborateur. Ndiaga Dieng nous t´aurons un jour avec l´aide d´Allah inchaallah.

Kane Ibrahima Amadou ex -brigadier de la garde nationale, rescapé de la prison de Oualata et actuellement en exil au Canada.

Source: Kane Ibrahima Amadou Via flamnet

Partagez notre page

Auteur : Flammauritanie

Forces de libération africaines de Mauritanie Les F.L.A.M. sont une organisation à caractère plurinational, non ethnique et non raciale qui lutte pour l’avènement d’une société égalitaire et démocratique. Elles sont une Organisation politique pacifique , ouverte, qui privilégie le dialogue et la concertation, mais se résérve le droit de recourir à la lutte armée si elle y était contrainte. Toutefois, la violence physique n’est ni le but ni le credo de l’organisation. Les F.L.A.M. ont pour objectifs, entre autres, le recouvrement par tous les Mauritaniens et singulièrement les Négro-mauritaniens, de leur dignité par l’élimination de la discrimination raciale érigée en système de gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *