Une page de notre histoire : le 2 septembre 1890, Baydi Katie Pam tue l’administrateur colonial Abel Jeandet à Grand Aéré

Nommé administrateur commandant au Sénégal, Abel Jeandet est d’abord affecté au cercle de Louga vers la fin des années 1880. Il est ensuite rappelé à Saint-Louis où il servira à la direction des affaires politiques. Après un bref séjour à Saint-Louis, Jeandet prend le commandement du cercle de Podor. Mais ses agissements ne seront pas du goût de certains dignitaires de la région. Il sera assassiné le 2 septembre 1890 à Grand Aéré (actuel Aéré Lao).

Baydi Katié PAM est désigné comme l’assassin de l’administrateur colonial, Abel Jeandet. En effet, le bourreau de Jeandet est réputé hostile aux opérations de levée de troupe dans le canton de Guédé. C’est ainsi qu’il en aura après le Laam Tooro et son chargé de mission dans cette affaire. Dénoncé, Baydi Pam est condamné par Abel Jeandet à une amende de 2 bœufs et à porter lui-même ses bagages durant le trajet pendant la campagne du Boosoya. Naturellement, en digne fils toucouleur, sa fierté est piétinée et il prend cette sentence comme une humiliation.

Après plusieurs missions, Jeandet retourne au Podor sans savoir qu’il a rendez-vous avec la mort. Le matin du 2 septembre 1890, à neuf heures exactement, il est assassiné alors qu’il attend les ordres à Grand Aéré (actuel Aéré Lao). Baydi Katié Pam, s’approchant de sa case, tire sur lui trois balles qui lui percent l’aisselle gauche pour sortir de l’autre côté. C’est une mort atroce et subite. Le tueur et ses complices seront traqués et exécutés sans jugement le 13 septembre 1890.

Par Ababacar Gaye

SeneNews

 

Partagez notre page

Auteur : Flammauritanie

Forces de libération africaines de Mauritanie Les F.L.A.M. sont une organisation à caractère plurinational, non ethnique et non raciale qui lutte pour l’avènement d’une société égalitaire et démocratique. Elles sont une Organisation politique pacifique , ouverte, qui privilégie le dialogue et la concertation, mais se résérve le droit de recourir à la lutte armée si elle y était contrainte. Toutefois, la violence physique n’est ni le but ni le credo de l’organisation. Les F.L.A.M. ont pour objectifs, entre autres, le recouvrement par tous les Mauritaniens et singulièrement les Négro-mauritaniens, de leur dignité par l’élimination de la discrimination raciale érigée en système de gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *