l’ONU recrute un génocidaire mauritanien : lettre des FLAM au secrétaire général des nations unies

Le Président des forces de libération africaines de Mauritanie: FLAM

A

Monsieur Jean-Pierre LACROIX

      Secrétaire général des Nations Unies

Ampliation à :

Madame Michelle BACHELET, haut commissaire des Nations Unies pour les droit de l’homme,

Monsieur Mankeur NDIAYE, représentant spécial du secrétaire général des nations unies en république Centrafricaine RCA,

 

Objet : l’ONU recrute un génocidaire mauritanien

Monsieur le Secrétaire Général,

Les Forces de libération africaines de Mauritanie -F.L.A.M.- sont une organisation à caractère plurinational, non ethnique et non raciale qui lutte pour l’avènement d’une société égalitaire et démocratique.

Elles prennent en charge l’ensemble des questions qui se posent au pays, en particulier celle vitale de la discrimination raciale érigée en système de gouvernement, en ce qu’elle menace l’unité et l’existence même du pays. La finalité poursuivie demeure de construire un Etat de droit, démocratique, fondé sur l’égalité, la justice entre toutes les composantes nationales, pour l’unité et la paix entre les peuples, dans le respect des identités respectives.

A ce titre, au nom de mon mouvement et en mon nom personnel, je ne peux que soutenir le courrier ci-dessous qui dénonce le recrutement, par les Nations Unies, d’un génocidaire clairement identifié par ses victimes. Ce dernier n’échappant à la justice de son Pays, la Mauritanie, que par le vote d’une loi d’amnistie n° 93-23 du 14 juin 1993 qui absout les auteurs « d’infractions commises entre le
1er janvier 1989 et le 18 avril 1992 ». Ce qui n’est qu’un aveu de culpabilité.

«Par la présente, je souhaite attirer votre attention sur la nomination du général mauritanien Ely Zayed ould Mbarek au poste de chef de la Task Force conjointe pour Bangui (RCA).  Le Général Ely Zayed Ould M’Bareck est totalement disqualifié pour occuper ces hautes fonctions pour avoir activement participé á la campagne de tortures et d’exécutions extrajudiciaires visant á éliminer les officiers, sous-officiers et soldats noirs de l’armée nationale mauritanienne. Une campagne essentiellement motivée par la discrimination raciale et la politique de nettoyage ethnique. Au moment des faits, le General Ely Zayed Ould M’Bareck était officier de sécurité militaire á F’Derik (2ème région militaire) durant la période allant du 10 août 1990 au 30 avril 1991.

Les crimes que nous dénonçons sont fondamentalement en contradiction avec l’esprit et la lettre, aussi bien de la Charte des Nations Unies que de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Malheureusement le Général Ely Zayed Ould M’Bareck, comme tant d’autres bénéficiant de la protection de l’état mauritanien, principal responsable ici en cause n’a jamais répondu des crimes de torture qu’il a commis. Et par la loi d’amnistie n° 93-23 du 14 juin 1993  adoptée par l’Assemblée nationale inféodée au gouvernement (qui du reste n’a aucune légitimité sur le plan international), les autorités ont assuré une impunité totale aux auteurs de ces actes de torture.

 

Dans l’attente de votre retour, je vous prie d’agréer, madame, monsieur mes salutations distinguée.

Pour plus d’information, veuillez contacter :

le  Président Demba NIANG  : Email: dembadjinda@hotmail.fr

Boubou NJIM, chargé de Communications: Email: bouboundjim@hotmail.fr »

 

Nous espérons que les Nations Unies porteront une attention particulière à ce signalement.

La Mauritanie, malheureusement regorge de cas similaires qui ont fait l’objet d’une liste non exhaustive. Ces officiers supérieurs actuels ont joué un rôle macabre dans la purge de l’armée mauritanienne qui s’est déroulée pendant la période 1990-1991 et les Nations-Unies sont invités à faire des enquêtes approfondies pour ne pas recycler des génocidaires militaires mauritaniens qui n’ont pas été poursuivis par la justice de leur Pays.

Veuillez agréer, Monsieur le Secrétaire Général, l’expression de mes salutations les plus distinguées

 

Mamadou Sidi BA

Partagez notre page

Auteur/autrice : Flammauritanie

Forces de libération africaines de Mauritanie Les F.L.A.M. sont une organisation à caractère plurinational, non ethnique et non raciale qui lutte pour l’avènement d’une société égalitaire et démocratique. Elles sont une Organisation politique pacifique , ouverte, qui privilégie le dialogue et la concertation, mais se résérve le droit de recourir à la lutte armée si elle y était contrainte. Toutefois, la violence physique n’est ni le but ni le credo de l’organisation. Les F.L.A.M. ont pour objectifs, entre autres, le recouvrement par tous les Mauritaniens et singulièrement les Négro-mauritaniens, de leur dignité par l’élimination de la discrimination raciale érigée en système de gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *