Enrôlement, le calvaire des populations noires se poursuit.

 

 

Ces derniers temps, à Sélibaby, ils sont nombreux parmi les couples mariés, les enfants possédant des jugements de naissance et les demandeurs de pièces à faire des va-et-vient entre le centre-ville et le centre d’enrôlement dans l’impossibilité de trouver satisfaction.

Continuer la lecture de « Enrôlement, le calvaire des populations noires se poursuit. »

Partagez notre page

Monsieur BÂ Mamadou Sidi, Président des FLAM, dans une interview exclusive accordée au journal Le Calame

‘’La gestion du passif humanitaire par le pouvoir actuel : désastreuse et injuste’’

 

 

Les mauritaniens s’apprêtent à célébrer le 57e anniversaire de leur pays. La cérémonie officielle se déroulera à Kaédi, capitale régionale du Gorgol. Quelle signification donnez-vous au choix de cette ville qui avait abrité la prière aux morts, organisée, le 25 mars 2009, consacrées aux victimes des exactions commises dans les casernes contre les militaires négro-mauritaniens, pendant les années 90 -91? 

Bâ Mamadou Sidi : Tout d’abord, Je tiens à vous remercier d’avoir bien voulu m’accorder cette interview. Ce geste qui me va droit au cœur, confirme encore l’objectivité et l’indépendance de votre journal et me permet de clarifier la ligne politico-idéologique des Forces de Libérations Africaines de Mauritanie.

Continuer la lecture de « Monsieur BÂ Mamadou Sidi, Président des FLAM, dans une interview exclusive accordée au journal Le Calame »

Partagez notre page

Mauritanie: la nécessite d’identifier et de punir les responsables

Colonel Maaouiya OULD Sid’Ahmad Taya, Président de la république islamique de Mauritanie de 1984 à 2005. un génocidaire en liberté

 

 

 

 

 

 

 

Aujourd’hui en fuite au Qatar, il est le premier responsable du génocide contre les Noirs mauritaniens.

Human Rights Watch/Africa estime que les auteurs de ces violations intolérables des droits de l’homme doivent être tenus redevables de leurs crimes; il appartient aux gouvernements d’identifier et de sanctionner les responsables d’abus, que les auteurs soient ou non des cadres de l’administration, des militaires, des forces anti-gouvernementales, ou d’autres individus.

Continuer la lecture de « Mauritanie: la nécessite d’identifier et de punir les responsables »

Partagez notre page

Une page de notre histoire: Les révoltes politico-religieuses anticoloniales (1906 – 1909) Gidimaxa (1906 – 1908) par Ibrahima Abou SAL

 

Rappelons aussi que, durant la période comprise entre 1896 et 1905, l’administration coloniale avait été représentée exclusivement par la chefferie de province. Nous connaissons déjà les circonstances dans lesquelles celle-ci fut supprimée, avec la révocation de Gujaa Baccili. Au Gidimaxa, le système de l’administration directe ne posait pas de problèmes majeurs tant qu’il s’agissait seulement des populations sédentaires. La surveillance des villages n’exigeait pas de contraintes policières importantes à cause de la petite superficie de la province.

Continuer la lecture de « Une page de notre histoire: Les révoltes politico-religieuses anticoloniales (1906 – 1909) Gidimaxa (1906 – 1908) par Ibrahima Abou SAL »

Partagez notre page

Le « Magno Kompe », une tradition ancestrale Soninke malmenée par l’immigration et la modernité

Ils ne se voyaient pas en privé. Leurs fréquentations étaient contrôlées. Point de contact entre les futurs époux. Les familles respectives se chargeaient des préparatifs du mariage. Généralement, quand la somme matérialisant l’accord définitif ( fuute ) était payée, on fixait naturellement une date pour le mariage. De chaque côté, les familles des futurs mariés fêtent en grande pompe l’heureux événement.

Continuer la lecture de « Le « Magno Kompe », une tradition ancestrale Soninke malmenée par l’immigration et la modernité »

Partagez notre page

Lieutenant Mansour KANE, rescapé d’Inal raconte l’horreur de ce camp de la mort

 

Dans le cadre de la poursuite de sa campagne de nettoyage ethnique, le régime raciste beydane de Mauritanie procède en cette année 1990 à l’arrestation de plusieurs milliers d’officiers, sous-officiers et soldats noirs mauritaniens. Il est alors crée un peu partout dans le pays des camps où seront commis les pires atrocités contre ces militaires noirs qui n’ont commis aucun crime.le lieutenant Mansour KANE comme plusieurs de ses camarades d’armes est envoyé à Inal (dans le Nord du pays) un camp que dirigerait le colonel sanguinaire Haratine du nom de Sid’Ahmed Ould BOILIL. Plus de 520 militaires noirs mauritaniens seront sauvagement assassinés. Des massacres génocidaires commis au nom de « l’arabité » de la Mauritanie Ce rescapé du camp de la mort nous raconte ici l’honneur, la cruauté du système beydane

Partagez notre page

Boghé : le chef du centre d’enrôlement fait torturer un citoyen

 

https://assets.change.org/photos/6/ec/ee/WOecEEeUturzvMI-800x450-noPad.jpg?1465209824

Ce jour 3 janvier 2018, mon frère Daha Alassane Diop, accompagné de son épouse se rend au centre d’accueil des citoyens de Boghé pour « enrôler » cette dernière.
Après avoir fourni tous les documents nécessaires pour cette opération, le chef du centre, Monsieur Mohamed Moustapha Saleck Sid’Ahmed opposa un refus catégorique à cet enrôlement et exige l’acte de naissance original d’Adama Abdel Aziz, épouse de mon frère.

Continuer la lecture de « Boghé : le chef du centre d’enrôlement fait torturer un citoyen »

Partagez notre page

Macky Sall: « L’ Afrique doit se dresser contre toutes dérives racistes, xénophobes et négationnistes»

Le président de la République Macky Sall a procédé ce jeudi à l’ouverture du premier sommet sur la paix et la sécurité à Diamniadio. Une rencontre initiée par la Fédération pour la paix universelle (Fpu) du docteur Hack Ja Han Moon pour discuter pendant deux jours de la paix et de la sécurité dans le monde.

Continuer la lecture de « Macky Sall: « L’ Afrique doit se dresser contre toutes dérives racistes, xénophobes et négationnistes» »

Partagez notre page

Disparition de Moussa Diagana : une grande figure des lettres s’en est allée

 

 

 

 

 

Le sociologue et dramaturge mauritanien Moussa Diagana, est décédé mardi 16 Janvier, à Dakar. L’homme de la légende « Wagadu Bida » et « grande figure de la littérature mauritanienne », aux yeux de la critique, « incontestablement, l’un des meilleurs dramaturges africains de tous les temps», s’en est allé. Les hommes meurent. Les années aussi. Aux uns et aux autres de forger leur propre légende, pour demeurer une référence, triste ou belle. « Beaucoup d’hommes sont morts et aussitôt oubliés, oubliés jusqu’à leur ombre. D’autres survivent, un court moment, puis disparaissent aussi, de la mémoire des vivants. Mais d’autres encore, signent, par la grandeur de leurs actes, l’incandescence de leurs œuvres, un contrat avec l’histoire », soutient Amadou Lamine Sall .

Continuer la lecture de « Disparition de Moussa Diagana : une grande figure des lettres s’en est allée »

Partagez notre page

Le concept « Système beydane  »

L’introduction du concept «Système Beydan » dans notre discours politique a suscité beaucoup de polémique. Cela nous a valu des invectives de tous ordres, la foudre de nos adversaires, et suscité l’indignation chez d’autres. En vérité, par «Système Beydan» nous entendions un certain nombre de mécanismes dont l’action conjuguée vise à l’exclusion du Noir mauritanien de toute la vie publique en consacrant l’hégémonie politique, économique et culturelle des Arabo-berbères. Avec ce système, l’Etat a cessé d’être au service de tous. En ce sens, il est l’équivalent du concept «racisme d’Etat».

Continuer la lecture de « Le concept « Système beydane  » »

Partagez notre page

Mamoudou Touré : itinéraire de l’économiste « des deux rives »

 

Il a occupé les plus hautes fonctions économiques internationales, a été ministre de la République et ambassadeur de la Mauritanie à Paris. Tout ceci et entre autres étapes de la vie de Mamoudou Touré résumé dans un ouvrage écrit par les journalistes Mamoudou Ibra Kane et El Hadji Kassé.

Continuer la lecture de « Mamoudou Touré : itinéraire de l’économiste « des deux rives » »

Partagez notre page

Les patronymes fulbe (peuls) origine mythique et symbolique par Oumar NIANG

 

 

La langue pulaar est truffée de références mythiques qui rappellent Caamaaba, serpent et ancêtre mythique des fulɓe. La culture fulɓe, qui repose sur la tradition pastorale, appelée « ngaynaaka », est largement construite autour de ce mythe fondateur. Dans le cadre de cette démarche, nous voulons d’abord comprendre comment certains symboles à valeur conceptuelle, présents dans la langue, interviennent dans la représentation de ce mythe. Ensuite, nous nous intéresserons, dans un deuxième temps, aux patronymes fulɓe, à leur origine mythique et symbolique.
« Ngooroondi »

Continuer la lecture de « Les patronymes fulbe (peuls) origine mythique et symbolique par Oumar NIANG »

Partagez notre page

Les vœux de Monsieur Mamadou Sidy BA, Président des Flam

Mauritaniennes, Mauritaniens

Citoyens du monde

Camarades

A l’occasion du nouvel an, je vous adresse du fond du cœur mes vœux de bonne et heureuse année 2018.

J’adresse également ces vœux à nos familles et à tous nos proches.

 L’année 2017 aura été marquée par la poursuite de la destruction des institutions et symboles notamment le sénat, l’enseignement public, le drapeau et l’hymne national.

Continuer la lecture de « Les vœux de Monsieur Mamadou Sidy BA, Président des Flam »

Partagez notre page

Le retour du refoulé ? par Tijane Bal

 

 

 

 

 

Détonateur ou amplificateur ? L’ethnicisation croissante, durant la période récente, du débat public sénégalais est indéniable. D’aucuns pensent que l’élection de Macky Sall y a, dans une large mesure, contribué.

Inhabituel et alarmant

Avec talent, le Président Senghor avait installé l’idée que son pays était la patrie du Jom (dignité) , de la Kersa (pudeur) et de la teranga (sociabilité). La Teranga peut également s’entendre de l’hospitalité ou du vivre ensemble. Le triptyque tenait lieu de devise officieuse à côté de la très officielle « Un peuple, Un but, Une foi ». Le message fédérateur, en filigrane de toutes ces expressions, est aujourd’hui entamé. Pas au point d’attenter à la cohésion du pays. Lequel peut encore se prévaloir d’être un modèle pour le continent. Et ce d’autant plus que l’irrédentisme casamançais semble en veilleuse. Des lecteurs sénégalais sourcilleux pourraient d’ailleurs objecter au signataire de ces lignes qu’ils n’ont pas à recevoir de leçons de cohabitation venant de ce côté-ci du fleuve. N’empêche.

Continuer la lecture de « Le retour du refoulé ? par Tijane Bal »

Partagez notre page

Le Royaume du Tékrour, Par Bruno CHAVANNE, extrait de « Villages de l’ancien Tékrour »

Les  éléments qui suivent sont extraits du livre de Bruno Chavane : « Villages de l’ancien Tékrour », objet d’une thèse présentée en 1980 devant l’Université de Provence, consacrée aux habitats anciens de la moyenne vallée du fleuve Sénégal.Les derniers exemplaires de ce livre, édité par les Editions Khartala en 1985, sont aujourd’hui diffusés par la Maison Guillaume Foy, à Podor.

Continuer la lecture de « Le Royaume du Tékrour, Par Bruno CHAVANNE, extrait de « Villages de l’ancien Tékrour » »

Partagez notre page

L’histoire authentique des soninkés, un retour à la source

La communauté Sarakolé est fortement représentée dans les 4 pays : le Mali, la Mauritanie, le Sénégal et la Guinée Bissau et de façon minoritaire dans les autres pays de l’Ouest. L’histoire remonte jusqu’au V ème siècle, où les Soninkés sont origines du Yémin, ils sont venus s’installer en Egypte vers l’an 100 dans la région d’Assouan, le long de la vallée du fleuve Nil.

Continuer la lecture de « L’histoire authentique des soninkés, un retour à la source »

Partagez notre page